Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Les Auteurs

BARDE (André)

Nom pour l'Etat civil : André Bourdonneaux
Naissance : Meudon, 17/07/1874
Décès : Paris, 24/08/1945 (71 ans)
 
André Barde

 

Illustration Marthe Antoine Gérardin
Extr. de : programme original de "Arthur" (1929)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

André Barde

 

Illustration Gaston et Louis Manuel
Extr. de : Programme original de "Un Bon garçon" (1926)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

André Barde

 

Illustration Piaz
Extr. de : Programme original de "Katinka" (1933)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

André Barde

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Programme de "La Reine joyeuse" (reprise, 1929)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

André Barde

 

Illustration Gaston et Louis Manuel
Extr. de : Programme original de "Comte Obligado !"
 

 

 

André Barde

 

Illustration Marthe Antoine Gérardin
Extr. de : Programme original de "Elle est à vous"
 

 

 

Ciboulette.

 

Illustration Pavil Elie Anatole (1873-1948)
Extr. de : Comoedia, 05.04.1923
 

 

 

BNF Gallica

Bouche à bouche. André Barde et Maurice Yvain

 

Illustration Pavil Elie Anatole (1873-1948)
Extr. de : Comoedia, 07.10.1925
 

 

 

BNF Gallica

Femme de minuit. André Barde

 

Illustration Georges Bastia
Extr. de : Comoedia, 12.12.1930
 

 

 

BNF Gallica

Quelques invités de M. Rosengart à Juan les Pins

 

Extr. de : Comoedia, 04.09.1927
 

 

 

BNF Gallica

André Barde

 

Illustration Gaston et Louis Manuel
Extr. de : Programme original de "Bouche à bouche"
 

 

 

Coll. Jacques Gana

André Barde

 

Illustration Marthe Antoine Gérardin
Extr. de : Programme original de "Vacances"
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Oeuvres
 

4344 j.

La Reine joyeuse

1918

296 J.

Florabella

1920

Nonnette

1922

48 J.

Benjamin

1923

41 J.

Bob et moi

1924

44 J.

Bouche à bouche

1925

114 J.

Pas sur la bouche

1925

647 J.

Un bon garçon

1926

443 J.

Comte Obligado !

1927

439 J.

Déshabillez-vous !

1928

168 J.

Arthur

1929

211 J.

Elle est à vous

1929

270 J.

Jean V

1929

44 J.

Kadubec

1929

186 J.

Laïs

1929

Femme de minuit

1930

53 J.

Pépé

1930

27 J.

Rosy

1930

63 J.

Encore cinquante centimes

1931

137 J.

Le Scarabée bleu

1931

42 J.

Le Garçon de chez Prunier

1933

28 J.

Katinka

1933

116 J.

La Madone du promenoir

1933

152 J.

Oh ! Papa !...

1933

248 J.

Les Soeurs Hortensias

1934

213 J.

Vacances

1934

52 J.

Tonton

1935

96 J.

La Poule

1936

102 J.

Le Train de 8h47

1936

41 J.

L' Auberge du chat coiffé

1936

23 J.

Articles de presse
Comoedia

04/08/1927

"Ca ne se dit pas", projet avorté (1927). Article.
Comoedia

29/08/1933

Projet avorté (1933) en collaboration avec Christiné. Article.
Le Gaulois

17/12/1922

"Le Danseur inconnu", "Moins trente", projets avortés. Article par Jacques Brindejont-Offenbach.
André Barde est, au moins autant qu'Albert Willemetz, pourtant aujourd'hui beaucoup plus connu que lui, le maître de la comédie musicale.
Sa première oeuvre publiée est, en 1895, un recueil de poèmes mis en musique par Marcel Legay, "Chansons cruelles, chansons douces". L'ouvrage est préfacé par Jean Richepin, dont il a pris le style amer et désenchanté. En 1899, un second recueil du même style suit : "Jeu de massacre", musiques de Jean Varney. Quelques titres en donnent le ton : La charcutière, L'honnête homme, La Femme esthète, Les faux Bohêmes, Le Petit rentier, Le Larbin, La vieille fille, Le Pantouflard.
A partir de 1901, il écrit une quantité de petites pièces en un acte (on pourrait presque aujourd'hui dire des "sketches" à deux ou trois personnages) et quelques unes un peu plus longues, pour divers théâtres dont le Grand Guignol.
Il débute dans l'opérette avec Charles Cuvillier. Ils produisent ensemble leur première oeuvre en 1906 : "Son p'tit frère" (qu'ils réviseront en 1912 et en 1929). Ils en feront encore une dizaine, jusqu'à leur dernière à tous deux : "Le train de 8h47", d'après Courteline, en 1936. Cuvillier n'aura d'ailleurs pratiquement aucun autre librettiste, sauf pour ses oeuvres anglo-américaines des années 1910.
Avant guerre, Barde commencera aussi (comme beaucoup de ses confrères librettistes) à écrire des revues de chansonniers, activité qu'il poursuivra durant tout l'entre deux guerres.
Dans le domaine musical, si l'avant-guerre avait été exclusivement au service de Cuvillier, il collabore également avec René Mercier à partir de 1923 (2 pièces, dont la seule qu'il réussit à faire monter aux Bouffes Parisiens, chasse gardée de son grand concurrent Albert Willemetz), de 1925 avec Maurice Yvain (son compositeur préféré, 10 pièces), de 1927 avec Raoul Moretti (4 pièces), de 1929 avec Henri Christiné (4 pièces), de 1933 avec Joseph Szulc (2 pièces) et encore quelques autres moins connus... Au total 29 pièces en 15 ans. C'est un peu moins qu'Albert Willemetz, mais à l'inverse de Willemetz, Barde est un auteur complet, qui écrit seul la pièce et les lyrics. La conséquence en est que ses pièces sont souvent plus homogènes que celles de Willemetz et que la partie musicale est beaucoup mieux intégrée à l'action. C'est sans doute ce qui séduisait Maurice Yvain qui était spécialiste des finales de grande envergure (dans Bouche à Bouche un finale de presque 13 minutes ininterrompu) où l'action et la musique s'entremêlent étroitement. La contrepartie est que la plupart des chansons de Barde sont difficilements interprétables hors de leur contexte, à part quelques "tubes" un peu plaqués, comme les deux chansons de Milton dans "Comte Obligado" : "La fille du Bédouin" et "Les artichauts" qui interviennent très artificiellement dans la trame dramatique, ou le "Pouet Pouet" de "Elle est à vous", sans doute les moins bon morceaux de deux excellentes partitions...
Comme Willemetz, Barde est volontiers léger et grivois : son "Pausole" à lui, c'est "Nonnette". Il peut aussi être tendre et émouvant, comme dans plusieurs airs de "Pépé" ou de "La Poule". Il est surtout très souvent sarcastique, politiquement incorrect dirait-on aujourd'hui. Il peut même être franchement sinistre, ce qui détonne avec l'image habituelle de la comédie musicale : dans la "Complainte des Inondés" de "Bob et moi", par exemple.
On ne s'étonnera pas que sur la fin de la période, Maurice Yvain ait écrit une pièce et plusieurs chansons avec le jeune Henri Georges Clouzot : c'était sur ce plan comme un fils spirituel d'André Barde. Ils écrivirent d'ailleurs ensemble en 1936 un chanson intitulée "Jeu de massacre", titre du second recueil publié par Barde en 1899. Elle fut créée par Marianne Oswald.
Après 1936, il semble qu'André Barde ait cessé d'écrire, bien qu'il n'ait été à cette époque âgé que de 62 ans, et qu'il ait vécu encore une dizaine d'années.

Enregistrements après 1945, disques et radio, documents

Cliquez pour lire le document

Maison de Rendez-vous, pièce en un acte (1901)
une des premières oeuvres d'André Barde en texte intégral, telle que publiée en feuilleton dans "Paris qui chante" en 1903.
1901

Cliquez pour lire le document

Les Soeurs Hortensia : Scénario préliminaire d'André Barde
Document inédit (Bibliothèque Jean Mathyssen/SACD - tapuscrit non côté)
1934

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs