Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Les Compositeurs

KALMAN (Emmerich)

Nom pour l'Etat civil : Imre Koppstein
Naissance : Siofok, 24/10/1882
Décès : Paris, 30/10/1953 (71 ans)
 
Emmerich Kalman

 

 

 

 

coll. ANAO

"Die Herzogin von Chicago" (1928), partition originale allemande

 

 

 

 

Internet

Emmerich Kalman

 

 

 

 

Emmerich Kalman

 

 

 

 

Emmerich Kalman

 

 

 

 

Emmerich Kalman, Richard Tauber et Franz Lehar (dans les années 30)

 

 

 

 

Emmerich Kalman

 

 

 

 

Manoeuvres d'automne (1908), suite de valses pour piano

 

Illustration Georges Dorival (1879-1968)
 

 

 

Coll. "Images musicales"

Emmerich Kalman

 

Illustration Gaston et Lucien Manuel
Extr. de : Programme de "Comtesse Maritza" (1931)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Oeuvres
  444 j.
La Bayadère 1926 204 J.
Princesse Czardas 1930 112 J.
Comtesse Maritza 1931 96 J.
Le Cavalier du diable 1932
Princesse de cirque 1934
Violette de Montmartre 1935 32 J.

Compositeur hongrois, son nom s'écrit originellement Imre Kalman. Il débute en 1908 avec "Manoeuvres d'Automne". Une de ses premières oeuvres, "Zigeunerprimas" (Le Premier Tzigane, 1912) est aussi la première opérette authentiquement hongroise. Ce fut un tel succès dans son pays qu'elle est encore régulièrement représentée à Budapest. Mais son premier - et plus notable - succès est la "Princesse Czardas" (1915). Il applique la même formule dans ses oeuvres suivantes, en y introduisant parfois un peu de l'air de l'époque. Il fit même une incursion plus marquée dans le jazz avec "La Duchesse de Chicago" ("Die Herzogin von Chicago", 1928) non représentée en France, mais réenregistrée en 2001 intégralement, dans le cadre d'un programme historique car elle avait été interdite par les nazis.
Après "Comtesse Maritza" (1924) son succès va décroissant hors de ses frontières, même si "Princesse Czardas" est toujours abondamment représentée. Il quitte pourtant la Hongrie sous la menace nazie, passe quelque temps à Paris, puis émigre aux Etats Unis comme beaucoup de ses compatriotes. Il y survit mieux que d'autres (Abraham en particulier), car ses pièces sont adaptées au cinéma et il fait représenter deux oeuvres nouvelles dans le style local. Il rentre en Europe en 1950, mais la Hongrie lui étant désormais fermée, il passe ses dernières années à Paris.

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs