Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Les Compositeurs

SELLERS (Georges)

Nom pour l'Etat civil : Germain Blanc
Naissance : Martigues, 24/03/1907
Décès : Cannes, 11/04/1987 (80 ans)
 
Trois de la marine. Représentation. Rellys, Alibert et Rivers Cadet, et dans la fosse d'orchestre, le "Jazz marseillais" de Georges Sellers (le chef à l'accordéon)

 

 

 

 

coll. ANAO

Ah ! quel orchestre mes amis ! partition chant seul

 

 

 

 

Georges Sellers, publicité

 

 

 

 

L'orchestre Georges Sellers en tournée

 

 

 

 

Georges Sellers

 

 

 

 

Georges Sellers (vers 1936)

 

 

 

 

G. Sellers

 

Extr. de : Programme original de "Le Roi des galéjeurs" (reprise à Marseille, 1938)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Georges Sellers, chef d'orchestre

 

Illustration Piaz
Extr. de : Programme original de "Revue marseillaise"
 

 

 

Oeuvres
  658 j.
Revue marseillaise 1932 114 J.
Loulou et ses boys 1933 72 J.
En plein pastis 1935 28 J.
Au soleil de Marseille 1937 14 J.
Rose de Marseille 1937 81 J.
Marseille mes amours 1938 108 J.
Ma belle Marseillaise 1940 70 J.
C'est tout le midi 1941 111 J.
Paris Marseille 1942 60 J.
La Vie de château 1943

Georges Sellers a connu des débuts très proches de ceux de Raoul Moretti : premier prix de piano du conservatoire de Marseille en 1923 à l'âge de 16 ans (Moretti l'avait obtenu en 1906 à l'âge de 13 ans !), il monte à Paris et devient lui aussi musicien à tout faire dans les cabarets. Chef d'orchestre au bal Tabarin en 1929, il trouve sa vraie vocation dans l'ombre de Vincent Scotto dès 1932 - il n'a que 25 ans - à la tête de son Jazz Marseillais, qu'il dirige tout en interprétant la partie d'accordéon. C'est le remarquable arrangeur-orchestrateur de toutes les opérettes marseillaises de Scotto, dont il est le compositeur au moins autant que le signataire : il n'est que de voir ses propres oeuvres sans Scotto, et les oeuvres de Scotto sans Sellers vers 1935-37 : le fameux "son marseillais", c'est la voix d'Alibert et l'accompagnement de Sellers, bien plus que les mélodies de Scotto.
Il est lui-même le compositeur d'une série d'opérettes marseillaises (pour être bien clair, elles comprennent pour la plupart le mot "Marseille" dans le titre !) qu'il poursuivra après que Scotto soit parti sur les chemins corses avec Tino Rossi, mais aussi, en collaboration avec Michel Emer, du plus délicat "Loulou et ses boys", sorti dans la foulée du "19 ans" de Pascal Bastia, et qui marchait sur les traces naissantes de Mireille.

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs