Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Les Compositeurs

YVAIN (Maurice)

Naissance : Paris, 12/02/1891
Décès : Suresnes, 28/07/1965 (74 ans)
 
Maurice Yvain

 

Illustration Charles-Félix Gir (1883-1941)
 

 

 

coll. ANAO

Maurice Yvain

 

Illustration Georges Bastia
 

 

 

coll. ANAO

Maurice Yvain (vers 1920)

 

 

 

 

coll. ANAO

Ta bouche.

 

Illustration Charles-Félix Gir (1883-1941)
Extr. de : Comoedia, 02.04.1922
 

 

 

BNF Gallica

Là-Haut.

 

Illustration Julien Pavil (1897-1952)
Extr. de : Comoedia, 01.04.1923
 

 

 

BNF Gallica

Bouche à bouche. André Barde et Maurice Yvain

 

Illustration Julien Pavil (1897-1952)
Extr. de : Comoedia, 07.10.1925
 

 

 

BNF Gallica

 

Extr. de : Les Modes, décembre 1930, n° 319
 

 

 

BNF Gallica

 

Extr. de : Les Modes, janvier 1931, n° 320
 

 

 

BNF Gallica

Maurice Yvain

 

Illustration Charles-Félix Gir (1883-1941)
 

 

 

BNF Gallica

La Belle histoire. Manuscrit de la partition d'orchestre, n° 3 (Entrée de Spartagas)

 

Illustration Maurice Yvain
 

 

 

Internet

"Ma belle opérette", souvenirs de Maurice YVAIN (Paris, Table Ronde, 1962, Coll. Quelques pas en arrière)

 

 

 

 

Coll. Jacques Gana

Albert Willemetz, Maurice Yvain (1948)

 

 

 

 

Maurice Yvain (vers 1924, à l'époque de "Gosse de riche")

 

Illustration Apers
 

 

 

Coll. Hervé David

Maurice Yvain

 

Extr. de : programme original de "Au soleil du Mexique" (1935)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Maurice Yvain

 

Illustration Apers
Extr. de : Programme original de "Bouche à bouche"
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Maurice Yvain

 

Illustration Apers
Extr. de : Programme original de "Elle est à vous"
 

 

 

Maurice Yvain

 

Illustration Apers
Extr. de : Programme original de "Oh ! Papa !..." (1933)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Maurice Yvain

 

Illustration Gir
Extr. de : Programme original de "Ta bouche"
 

 

 

Maurice Yvain

 

Illustration x
Extr. de : Programme original de "Vacances"
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Oeuvres
  4840 j.
Ta bouche 1922 1201 J.
La Dame en décolleté 1923 125 J.
Là-Haut 1923 613 J.
Gosse de riche 1924 135 J.
Bouche à bouche 1925 114 J.
Pas sur la bouche 1925 647 J.
Un bon garçon 1926 443 J.
Yes ! 1928 185 J.
Elle est à vous 1929 270 J.
Jean V 1929 44 J.
Kadubec 1929 186 J.
Miami 1930 29 J.
Pépé 1930 27 J.
Encore cinquante centimes 1931 137 J.
Un deux trois 1931 34 J.
Oh ! Papa !... 1933 248 J.
Vacances 1934 52 J.
La Belle histoire 1934 26 J.
Au soleil du Mexique 1935 232 J.
Un coup de veine 1935 32 J.
Son excellence 1942 60 J.
Articles de presse
Comoedia

01/03/1933

"L'Elue", projet avorté (1933). Article.
Comoedia

08/03/1933

Un mouvement protestataire : des compositeurs fondent un groupe pour que la SACEM se décide à étudier des questions urgentes. Article par Yvon Novy.
  (suite)
Comoedia

29/01/1934

"Pif et Paf", projet avorté (Yvain-Clouzot, 1934). Brève.

Fils d'un musicien (trompette à l'Opéra Comique), il apprend la musique en dilettante et débute très jeune comme pianiste accompagnateur dans divers cabarets, théâtres et casinos. Vers 1910, il entre dans l'orchestre du Casino de Monte-Carlo dirigé par Louis Ganne. En 1911, il entreprend ses trois ans de service militaire, qui se poursuivent jusqu'en 1919 pour raison de guerre...

Il retrouve Paris livré au jazz, et tout en reprenant ses activités de musicien d'orchestre commence à composer quelques chansons, dont la première à avoir du succès, "Dansez-vous le fox trot ?" date de 1919. Il retrouve Maurice Chevalier qu'il avait connu pendant son service militaire, et par lui est introduit auprès de Willemetz et de Mistinguett. Ses chansons des années 1920-1921 connaissent tout de suite un immense succès : Mon homme, J'en ai marre, En douce, La java, La belote... Fin 1920, il compose le premier ensemble qui deviendra sa marque de fabrique : le "Trio des épiciers" (revue "On peut monter", Gaité Rochechouart, 18 décembre 1920). Salabert, Willemetz et Gustave Quinson (alors directeur de plusieurs théâtres) pressentent un nouveau Christiné et le poussent dans l'opérette. C'est en 1922 "Ta bouche", qui sera suivie de 20 autres jusqu'en 1942, avec l'étonnante particularité de n'être pour la plupart pas écrites par Albert Willemetz ni représentées au Théâtre des Bouffes Parisiens, deux des conditions essentielles du succès à l'époque.

Ajoutons à la liste "Le Guéridon Empire" (Comédie des Champs Elysées, 16 février 1936), sur un texte de Rip, qui n'est pas tout à fait une comédie musicale, mais pas non plus une revue, pour laquelle il écrivit quelques chansons en compagnie de Claude Pingault.

Parallèlement, tout au long des années 20, il compose beaucoup de chansons, et dans les années 30 de musiques de films. A la fin des années 30 et au début de la guerre, apparaît sur la scène un certain Jean Sautreuil (voir à ce nom) qu'il aurait, d'après plusieurs biographes, utilisé comme pseudonyme. Mais son autobiographie n'en dit rien, et on trouve certaines musiques de films cosignées des deux noms. Prête-nom ou problème de contrats ? Le mystère demeure.

Pendant la guerre, il écrira de nombreuses musiques de films (comme en 1941 celle du "Duel", unique film réalisé par Pierre Fresnay, dont la partition sera largement réutilisée dans le ballet "Blanche Neige") et une comédie musicale dont aucun souvenir n'est resté, "Son Excellence", pourtant sa première collaboration avec Louis Poterat.

Après la guerre, il composera encore "Chanson Gitane" (1946) et "Le Corsaire Noir" (1958) mais dans les deux cas on est loin de la comédie musicale. Il écrira aussi des mélodies néoclassiques (dont certaines interprétées aux Concerts Colonne) et un grand ballet pour l'Opéra, "Blanche-Neige" (1951).

Son activité essentielle sera surtout officielle, comme elle avait déjà commencé à l'être dès le milieu des années 30 : responsabilités à la radio, à la SACEM, à la SACD, critiques, comités, etc.

Enregistrements après 1945, disques et radio, documents


 / 
Je chante la nuit (Maurice Yvain / Henri-Georges Clouzot) par Yvonne Printemps
Une des chansons de Maurice Yvain et Henri-Georges Clouzot écrites entre 1935 et 1941
1940

Cliquez pour lire le document

Blanche-Neige : Un ballet de Maurice Yvain (1951)
Enregistrement original intégral
1999

Cliquez pour lire le document

Le Corsaire noir : La dernière oeuvre de Maurice Yvain (1958) : reprise à l'Opéra de Marseille (1976)
Analyse et enregistrement public intégral
1976

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs