Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Les Compositeurs

GOUBLIER fils (Henri)

Nom pour l'Etat civil : Henri Conin
Naissance : 14/03/1888
Décès : Paris, 23/05/1951 (63 ans)
 
Henri Goublier fils

 

 

 

 

coll. ANAO

La demoiselle du Printemps, affiche originale (1916)

 

 

 

 

Sélection, dans la revue "La Musique pour tous"

 

Illustration Clérice frères
 

 

 

Coll. "Images musicales"

La Cocarde de Mimi Pinson (1915), recueil sélection "La Musique pour tous"

 

 

 

 

Coll. "Images musicales"

Oeuvres
  685 j.
Mariage parisien 1919 108 J.
L' Héritière en loterie 1920
La Sirène 1920 60 J.
Le Mariage d'un Tartarin 1921 199 J.
Billy-Bill 1931 30 J.
La Nuit est belle 1935 61 J.
Carnaval 1942 227 J.
Articles de presse
Comoedia

30/06/1931

"La Grande Mademoiselle, princesse d'Amour", projet avorté (1931). Brève.
Comoedia

05/06/1934

[à propos de la création de Tout Ankh Amon à l'Opéra Comique]. Article.
L'Européen

18/10/1935

Henri Goublier. Article par GC.

Fils de Gustave Goublier, Henri Goublier fils connaît le triomphe dès sa deuxième oeuvre, "La Cocarde de Mimi Pinson", pièce patriotique qui tombait à point en pleine guerre (1915). Toujours pendant la guerre, il décline alors le genre avec "La Fiancée du lieutenant" (1917). Après la guerre, son succès va diminuant, malgré d'intéressants progrès musicaux. Son seul succès notable de l'entre-deux-guerres sera "Le Mariage d'un Tartarin" (1921).

Tout au long des années 20, il abandonne la composition pour l'organisation de spectacles et la direction théâtrale. Ses deux oeuvres des années 30, jugées un peu démodées, ne seront pas non plus de grandes réussites.

Il continuera pourtant à composer, connaîtra à nouveau un bon accueil en 1942 avec "Carnaval", et composera encore 3 pièces avant son décès (en collaboration avec sa fille adoptive Jeannette, qui prit pour l'occasion le pseudonyme de Jean Bru). Les deux dernières seront créées à la radio après sa mort, mais l'essentiel de ses succès viendront d'inépuisables et régulières reprises de "La Cocarde", parfois remise au goût du jour.

Au cours des années 30 il composa quelques musiques de films.

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs