Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Les Compositeurs

CHANTRIER (Albert)

Naissance : Paris, 04/10/1874
Décès : 18/12/1946 (72 ans)
 
Le Fruit défendu. Albert Chantrier et René Nazelle [sic]

 

Extr. de : La Rampe, 09.01.1921
 

 

 

BNF Gallica

Mam'zelle Caprice (1914), carton publicitaire

 

 

 

 

Albert Chantrier

 

Illustration Delphi
Extr. de : programme original de "Arthur" (1929)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Oeuvres
  1059 j.
Au béguin des dames 1918 68 J.
La Bagatelle 1919 135 J.
Les P'tites vertus 1919 275 J.
Le Fruit défendu 1920 83 J.
Gigoletto 1920 31 J.
Bébel et Quinquin 1923 121 J.
La Ceinture de chasteté 1923 38 J.
Mon vieux 1924 74 J.
Yo t'aime 1924 96 J.
Amoureux 1925
Elle ou moi 1925 65 J.
Plaisir d'amour 1928 4 J.
Quand l'amour vient 1929
Le Comte de Boccace 1930 69 J.
Articles de presse
Comoedia

22/03/1926

"PAF", projet avorté (1926). Brève.
Comoedia

03/06/1926

Projet avorté pour le th. des Capucines (1926). Brève.
Comoedia

08/09/1926

"Sa pomme !", "PAF", projets avortés (1926). Brève.
Comoedia

04/08/1928

"Frivolités", projet avorté (1928). Article.
Comoedia

09/08/1928

Projet avorté (1928). Brève.
Comoedia

13/08/1930

"Les Naufragés", "L'Oedipe du Mans", projets avortés (1930). Article.
Comoedia

10/03/1931

"Frivolités", projet avorté (1931). Brève.

Plus jeune qu'Henri Christiné de 7 ans, Albert Chantrier aura suivi à peu près le même parcours que son ainé : entre 1897 ("Le Roi charmant", il n'avait que 23 ans) et la guerre, il produit une quantité d'oeuvrettes totalement oubliées aujourd'hui mais qui connaissent à l'époque leur petit succès. Après guerre, c'est un des premiers challengers de Christiné dans l'écurie Salabert, mais avec un éclat beaucoup plus modeste ! Entre 1919 et 1925, il écrit neuf pièces qui ont au mieux un succès d'estime, les plus marquantes étant "Bébel et Quinquin" en 1923, et sa participation à "Mon vieux" l'année suivante. Il faut dire que les théâtres où il est représenté sont les piliers de l'opérette-minimum : salles microscopiques, accompagnements parfois réduits à un seul piano (Cluny, la Cigale, le Perchoir, le Moulin bleu)... Sa seule expérience sur une scène plus en vue sera "Elle ou moi" au Daunou en 1925. Malgré un livret très original (quoiqu'un peu alambiqué !), ce sera un demi-succès et Albert Chantrier sera de plus en plus rarement joué. Il se consacrera ensuite aux arrangements et à la direction d'orchestre, ce qui lui vaudra une dernière apparition, avec "Passage des princes", comédie musicale de Charles Méré sur la vie d'Offenbach, dont il assura la compilation et les arrangements (Théâtre de la Madeleine, 9 décembre 1933).
Il eut d'importantes responsabilités au sein de la SACEM dans les années 30 et 40 (il en était secrétaire général en 1945).
Il avait été élève de l'école de musique religieuse Niedermeyer, comme la plupart des autres compositeurs ayant étudié la musique entre 1850 et 1910 (le plus fameux étant Gabriel Fauré), et c'était un très fin technicien.

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs