Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

J'hésite. Recueil chant seul

 

Illustration Gaston Girbal (1888-1978)
 

 

 

Coll. "Images musicales"

J'hésite. Claude Revel, Gabaroche, Jacqueline Francell, Maryse Tirville

 

Illustration Lipnitzki
Extr. de : Excelsior, 19.02.1938
 

 

 

BNF Gallica

J'hésite. Claude Revel, Gabaroche, Jacqueline Francell, Maryse Tirville

 

Extr. de : Marianne, 23.02.1938
 

 

 

BNF Gallica

J'hésite. Claude Revel, Gabaroche, Jacqueline Francell [et Maryse Tirville]

 

Extr. de : Paris Midi, 05.03.1938
 

 

 

BNF Gallica

J'hésite. Claude Revel, Gabaroche, Jacqueline Francell

 

Illustration Jean-Dominique Van Caulaert (1897-1979)
Extr. de : Paris Soir, 21.02.1938
 

 

 

BNF Gallica

 

J'hésite

 
ou Mon coeur hésite
  opérette en 3 actes
Texte PRAXY (Raoul) (Livret)
EDDY (Max) (Lyrics)
Musique GABAROCHE (Gaston)
PEARLY (Fred)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 40 jours
Antoine 16/02/1938 - 27/03/1938 40 Création
Distribution à la création
Mme FRANCELL (Jacqueline) Jacqueline
Mme REVEL (Claude) Odette
Mme TIRVILLE (Maryse) Alice Grunberg
Mme MAILLY (Mado) Marguerite
M. GABAROCHE (Gaston) Denis Langlois
M. CHAMPELL (Germain) Dominique Grunberg
M. SIMON GIRARD (Aimé) Pierre Maroy
M. BOUCOT (Fernand) 1e témoin
Mme YOLA (Vona) Irma
Mme DARCY (Andrée) Juliette
Mme JOUBERT (Lucette) Suzanne
Mme DANSET (Lisette) Yvonne
M. DURAND (Eugène) 2e témoin

décors PREVOST (E.)
direction musicale ALIX (Victor)
mise en scène ROZE (Edmond)

Le titre de la pièce était une "signature" pour Gaston Gabaroche, dont c'était le plus gros succès depuis sa création en 1930 dans "Enlevez-moi". C'était sans doute une fausse bonne idée qui pouvait faire croire à une reprise. Peut-être à cause de cela, la pièce devint "Mon coeur hésite" dès le 26 février, après 10 jours de représentations.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Deux cousines, Jacqueline et Odette, ont hérité un magasin d’armurier. Les armuriers, même les plus placides, vivent d’assassinats par personne interposée, assassinats d’innocentes bêtes par les chasseurs, assassinats de moins innocents amants par des maris furieux, sans compter les assassinats à but lucratif. Tandis qu’Odette accepte très tranquillement d’exercer cette profession cruelle, Jacqueline ne peut supporter l’idée du sang répandu. La boutique est donc partagée en deux ; d’un côté Odette continue la vente des instruments de mort, fusils, revolvers, poignards et cannes à pêche, de l’autre Jacqueline installe un commerce de fleurs.

Les deux cousines ne se partagent pas seulement la boutique, elles ont encore en indivision le cœur de l’hésitant Denis qui ne sait pas à laquelle des deux il dédiera en définitive son amour incertain.

Telle est la situation quand se présentent deux acheteurs. L’un d’eux fait l’emplette d’un browning pour abattre l’amant de sa femme, l’autre achète des corbeilles de fleurs pour décorer sa garçonnière que sa maîtresse honorera ce jour même de sa présence. Déjà, vous l’avez deviné, l’acquéreur des corbeilles odorantes est l’amant auquel sont destinées les balles de l’autre client, le mari.

Les cousines se rendent compte du drame qui se prépare. Voilà pourquoi au deuxième acte tous les acteurs du premier - plus la femme adultère cause de ces différents achats - se retrouvent dans l’appartement du jeune homme. Après des entrées et des sorties sans nombre, Denis, l’hésitant, a enfin décidé qu’il épouserait Odette. C’est lui que l’époux outragé provoque en duel.

Le courage n’est pas sa vertu dominante et il est prêt à toutes les bassesses pour ne pas aller sur le terrain quand il apprend par une des vendeuses que toutes les armes de l’armurerie sont truquées et rendues inoffensives. Subitement il se sent l’étoffe d’un héros, il tient à la rencontre, il l’exige et il faut des excuses très formelles au mari pour qu’il consente... à pardonner.

[Extrait du "Petit bleu", 18 février 1938]

Critiques et articles de presse
L'Echo de Paris 06/02/1938 Un quatuor qui réalise "l'accord parfait". Article par Raoul Praxy.
Le Figaro 17/02/1938 Article par AW.
L'Ordre 18/02/1938 Article par LT.
Le Petit bleu 18/02/1938 Article par Adhémar de Montgon.
Excelsior 19/02/1938 Article par Emile Vuillermoz.
L'Intransigeant 19/02/1938 Article par Gustave Bret.
Le Jour 19/02/1938 Article par Maurice Yvain.
Le Temps 19/02/1938 Article par CT.
Paris Soir 21/02/1938 Article par Henri Gil-Marchex.
Heures de Paris 22/02/1938 Article par Paul Le Flem.
Ce soir 23/02/1938 Article par Darius Milhaud.
Marianne 23/02/1938 Claude Revel, Gabaroche, Jacqueline Francell, Maryse Tirville. Photo.
Le Ménestrel 25/02/1938 Critique par RS.
La Vie Parisienne 26/02/1938 Critique par Hugues Delorme.
Heures de Paris 01/03/1938 [Changement de titre]. Article.
L'Action française 04/03/1938 Article par Dominique Sordet.
Paris-Midi 05/03/1938 Article par Claude Hervin.
Larousse mensuel 01/04/1938 Critique.
Partitions imprimées chant-piano

Editeur : Joubert, 1942

Recueil 1 réunissant :
Pourquoi voir tout en noir ?
Un coin sans quelques fleurs
On vous attend, Madame (chant seul)


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs