Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Ma femme. Air détaché (chant seul) : Un Amant...

 

 

 

 

Ma femme. C'est des idées qu'on s'fait, air détaché

 

 

 

 

Coll. "Images musicales"

Ma femme. Paul Villé

 

Illustration Comoedia
Extr. de : Comoedia, 30.11.1927
 

 

 

BNF Gallica

Ma femme. Pascal Bastia vu par son frère, Georges

 

Illustration Georges Bastia
Extr. de : La Presse, 29.11.1927
 

 

 

BNF Gallica

Ma femme.

 

Illustration Paris-Plaisirs
Extr. de : Paris Plaisirs n° 68, 1928
 

 

 

BNF Gallica

Ma femme.

 

Illustration Paris-Plaisirs
Extr. de : Paris Plaisirs n° 68, 1928
 

 

 

BNF Gallica

Ma femme. Ancelin, Pierrette Madd, Charles Fallot

 

Illustration Paris-Plaisirs
Extr. de : Paris Plaisirs n° 68, 1928
 

 

 

BNF Gallica

 

Ma femme

  opérette en 3 actes
Texte BRIQUET (Paul) (Livret)
GORDEAUX (Paul) (Livret)
Musique MEURE (Pierre de)
BASTIA (Pascal)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 91 jours
Potinière 29/11/1927 - 27/02/1928 91 Création
Distribution à la création
M. ANCELIN (Robert) Abdullah
M. VILLÉ (Paul) L'Oncle Omar
M. CARETTE (Julien) Feuille père
M. FALLOT (Charles) Nénuphar
Mme MADD (Pierrette) Zouzou
Mme YMA (Yvonne)
Mme AGUTTES (Yvonne) Mirza
Mme MYRINE (Simone)
M. OLLIVRO (Maria)
Mme CORNELIS (Germaine)
Mme DESMOULINS (Lucette)
M. AVREY (Claude)

chorégraphie SERGEOL (Pierre)
costumes PASCAUD
décors BERTIN (Emile)
direction musicale, jazz 10 musiciens SAB (André)
mise en scène VILLÉ (Paul)

Pour cette pièce (et aussi pour "Un joli monsieur" en 1928) Pascal SIMONI signa sa collaboration musicale du pseudonyme d'Irving PARIS (allusion au compositeur américain Irving BERLIN, lui même de son vrai nom Israel BALINE !). Il ne prendra le pseudonyme de son père Jean BASTIA qu'en 1933 pour "Dix-neuf ans".

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Abdullah - Vieux-Turc - est jeune, tandis que son oncle Omar - Jeune-Turc - est vieux. Le premier a un harem d’épouses légitimes ; le second prend les femmes des autres pour maîtresses. Nénuphar, gardien du sérail, est un homme plein de détours. Par surprise, il a engagé, comme septième femme de son maître Abdullah, une jeune actrice parisienne, Zouzou, en tournée à Angora et dont l’impresario a levé le pied.

Cette jeune artiste est chaste et pure. Lorsqu’elle apprend la vérité, Zouzou se révolte. Abdullah entend qu’elle lui obéisse selon la loi du Coran ; en vain, Omar fait-il supprimer la polygamie par un vote de la Chambre « jeune-turc » ; en vain, le père et la mère de Zouzou supplient-ils leur fille d’accepter cette situation inespérée. Tout accord semble impossible entre Abdullah et Zouzou jusqu’au jour où, dans une hostellerie du désert, elle retrouve son mari rasé à l’américaine et dansant le charleston en complet veston. Il n'en faut pas davantage pour qu'elle l’adore et tombe dans ses bras.

[Extrait de "Comoedia", 30 novembre 1927]

Critiques et articles de presse
L'Illustration Critique.
Comoedia 28/11/1927 Article.
La Presse 28/11/1927 Article par Henri Espiau.
Comoedia 29/11/1927 Article par Paul Gregorio.
La Presse 29/11/1927 Pascal Bastia vu par son frère, Georges. Caricature.
Comoedia 30/11/1927 Article.
Comoedia 30/11/1927 Article par Pierre Maudru / Dorante.
Le Gaulois 02/12/1927 Critique par Louis Schneider.
La Semaine de Paris 02/12/1927 Critique.
Partitions imprimées chant-piano

Editeur : Kam, 1927

C'était écrit
J'suis ce que j'suis
Les femmes que j'aime
Mais l'amour ne se commande pas
Paris, gai Paris !
Pense à ton père
Tout ça, ça dépend
Un amant
C'est des idées qu'on s'fait
Je les porte bien
Ce sont des soldes
When I first saw blackbirds


Enregistrements 78T/mn
Par des interprètes n'ayant pas participé à la création
Pense à ton père / MILTON (Georges) (chant)
COLUMBIA D 19055 (1927)
Un Amant / DAVIA (chant)
COLUMBIA D 19055 (1927)

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs