Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Ma petite amie. Loulou Hégoburu, Carlos Conté, Henry Defreyn, René Dary, Germaine Roger

 

Illustration Gaston et Louis Manuel
Extr. de : Excelsior, 03.02.1937
 

 

 

BNF Gallica

Ma petite amie. Germaine Roger, Loulou Hégoburu

 

Illustration M Cam
Extr. de : Le Matin, 02.02.1937
 

 

 

BNF Gallica

 

Ma petite amie

  opérette en 2 actes et 8 tableaux
Texte VEBER (Serge) (Livret)
BERNSTEIN (Roger) (Lyrics)
Musique VAN PARYS (Georges)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 75 jours
Bouffes Parisiens 02/02/1937 - 28/02/1937 27 Création
Quentin-Bauchart 29/04/1937 - 15/06/1937 48
Distribution à la création
M. DEFREYN (Henry) Fernand Richard
M. DARY (René) Roland
M. GOUPIL (Robert) Gilbert
M. CONTE (Carlos) Charley
Mme HEGOBURU (Loulou) Dolly
Mme ROGER (Germaine) Nicole

chorégraphie CONTÉ (Carlos)
direction musicale CARIVEN (Marcel)
mise en scène BAUMER (Jacques)

Programme
1937 Bouffes Parisiens
BNF Gallica
L'Histoire
Résumé de la pièce

× A l'aérodrome de Croydon, une troupe de girls va s’envoler vers Paris. Dolly, leur capitaine, ne pourra empêcher Gilbert, un flirt qu’elle n’aime pas, de
l’accompagner. Mais, dans les airs, le petit anglais qui n’en mène pas large, perdra courage et... son accent.

Dolly, à Paris, débarque avec les Brick Sisters, au gymnase Richard qui est dirigé par son père qu’elle n’a pas revu depuis de longs mois, car Fernand Richard s’est remarié avec une très jeune femme, Nicole, à qui il a caché l’existence de Dolly, pour ne pas se vieillir. Aussi est-il fort ennuyé de voir arriver sa fille qui a le même âge que sa femme.

Tout de suite, la petite découvre que le ménage de son père ne marche pas très bien, et que Fernand est à la veille d’être trompé. En effet Roland, moniteur jeune et musclé, fait à Nicole une cour pressante. Aussi, profitant que sa belle-mère l’a surprise en train d’embrasser son mari, Dolly se fait passer aux yeux de la jeune femme pour l’ancienne maîtresse de Fernand. Elle obtient d’elle l’autorisation de travailler au gymnase avec les boys. Elle redonne à son père confiance en lui, et lui recommande d’éveiller la jalousie de sa femme Bientôt le bruit se répandra dans tout l’établissement que la capitaine est la petite amie du patron.

Sur une petite plage voisine de Villefranche, où tout le monde s’est retrouvé, Fernand se fâche et prie sa fille de retourner en Angleterre. La situation devient impossible. Il ne veut plus que son enfant passe pour sa petite amie et d’autre part il n’est plus inquiet sur le compte de sa femme. Dolly est sur le point d’obéir, mais elle surprend Nicole, qui furieuse de la conduite de son époux, accorde un rendez-vous au galant moniteur. Ce n’est pas le moment de s’en aller, Dolly s’arrangera, le soir, dans les jardins du casino, pour faire retenir Nicole par Gilbert, et elle réussira à persuader Roland de partir pour le week-end avec elle.
Mais dans la petite chambre de l’auberge où ils se sont réfugiés pour passer la nuit, Roland qui croit toujours que Dolly est une petite dancing-girl facile, ne comprend pas pourquoi elle a si peur. Heureusement Gilbert, déguisé en veilleur de nuit, est la pour empêcher que l’irréparable s’accomplisse.

Au dernier tableau (sur le toit de la pension de famille où logent les girls), Dolly qui s’est prise à son jeu, et qui a réussi à sauver l’honneur de son père, avouera à Roland sa véritable identité et son amour. Nicole retournera, intacte, à son mari, et Gilbert se consolera avec les girls.

[Extrait du programme original]

Critiques et articles de presse
L'Illustration Critique.
Le Journal 30/01/1937 Article par LM.
Le Matin 02/02/1937 Article par Jean Prudhomme.
Excelsior 03/02/1937 Loulou Hégoburu, Carlos Conté, Henry Defreyn, René Dary, Germaine Roger. Photo.
La Liberté 03/02/1937 Article par Robert Dezarnaux.
Paris Soir 03/02/1937 Article par Georges Auric.
Le Petit bleu 03/02/1937 Article par Adhémar de Montgon.
Le Temps 03/02/1937 Article par CT.
L'Intransigeant 04/02/1937 Article par Gustave Bret.
Le Journal 05/02/1937 Article par Louis Aubert.
Le Petit Parisien 05/02/1937 Article par Henry Bénazet.
Paris Soir 05/02/1937 Article par Georges Auric.
Ere Nouvelle 08/02/1937 Article par Charles Henry.
Le Ménestrel 12/02/1937 Article par Denyse Bertrand.
Le Ménestrel 12/02/1937 Article par Denyse Bertrand.
Le Populaire 18/02/1937 Article par Marthe Deuzel.
Larousse mensuel 01/03/1937 Critique.
Le Jour 06/05/1937 Reprise au Th. Quentin Bauchart (mai 1937). Article par PB.
Le Ménestrel 07/05/1937 Reprise au Th. Quentin Bauchart (mai 1937). Critique par Roger Vinteuil.
Eve 30/05/1937 Reprise au Th. Quentin Bauchart (mai 1937). Article par Paul Granet.
Partitions imprimées chant-piano

Editeur : Salabert, 1937

Recueil réunissant :
- La Petite amie
- C'est fou ce que je vous apprendrai
- On n'a pas besoin de le dire à tout le monde
Tout simplement parce que je t'aime
On n'a pas besoin de le dire à tout le monde
C'est fou tout ce que je vous apprendrai
Moi j'suis pas un calin
C'est vous que j'aime


Enregistrements 78T/mn
Par les créateurs au théâtre

 / 
La Petite amie / HEGOBURU (Loulou), CELIOT (Bernard) (chant)
COLUMBIA DF 2123 (1937) - Coll. Jacques Gana
acc. orch. dir. Wal-Berg

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs