Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Mousmé. Air détaché

 

Illustration F. Couderc
 

 

 

BNF Gallica

Mousmé.

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 10.07.1920
 

 

 

BNF Gallica

Mousmé. Premier acte

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 12.07.1920
 

 

 

BNF Gallica

Mousmé. Troisième acte

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 12.07.1920
 

 

 

BNF Gallica

 

Mousmé

  opérette japonaise en 3 actes
Texte CARRÉ fils (Michel) (Livret)
ACREMANT (Albert) (Livret)
Musique LAMBERT (Marius)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 13 jours
Michel 10/07/1920 - 22/07/1920 13 Création
Distribution à la création
M. ROLLET Satsurna
M. JULLIEN (Henry) Ouesoughi
Mme ARNÈS (Claude) Ki-Ri-Ki
Mme BREBION (Paula) Ha-Thama
Mme MISSIA La Cigone
Mme MARSAN (H.) Corolle Tremblante
M. CASTIN (Charles) Sa-Ta-Ké
M. LENOIR (Roland) Le Prince Arimatsu
Mme YAMA Caresse de Rêve
Mme WINNIE Soupir d'amour
M. REMY (Constant) Kalifou

direction musicale LEONCAVALLO (Gastone)

L'Histoire
Résumé de la pièce

× La petite mousmé Ki-Riki n’a qu’un rêve : l’amour. Chaque jour, elle prie Bouddha de lui envoyer un amoureux. Justement, depuis trois jours, chaque fois qu'elle sort, elle rencontre un joli jeune homme. Aujourd'hui, il annonce qu’il viendra la voir vers la troisième heure.

Mais le père et la mère de Ki-Riki lui apprennent que le prince gouverneur de la province, Arimatsu, a demandé sa main à elle, petite mousmé. Un prince ne peut être que très beau, Ki-Riki est ravie. Et quand le jeune homme inconnu se présente chez elle, sous l'aspect d’un marchand de colliers et de coffrets de jade, elle le renvoie avec dédain.

Voici Arimatsu. il est vieux et laid. Il a résolu de se marier seulement parce que son fils est un mauvais sujet qu’il veut déshériter. Désappointement et chagrin de la petite mousmé.

Dans la maison voisine, habitent des Geishas. Leurs rires sautent le mur. Ki-Riki prend un grand parti. Elle ira vivre avec elles, emmenant son amie, Corolle, tremblante. Là, bien entendu, elle rencontrera le joli inconnu qui y est maître de danses. Après divers périls auxquels elle échappe, ils partiront ensemble, ils s’épouseront, car pour forcer au consentement, les parents de la jeune fille, ils se donneront, sous le cerisier fleuri, le baiser des fiançailles, qui, d’après la légende, lie à jamais ceux qui l’ont échangé. Mais la légende a été inventée par Arimatsu, et il ne veut pas se soumettre. Il châtira le ravisseur de Ki-Riki. Qu’on le lui amène. Surprise, sinon pour nous, au moins pour Arimatsu : C’est son fils. Donc Ki-Riki épousera bien un prince, et jeune et joli.

[Extrait de "La Presse", 11 juillet 1920]

Critiques et articles de presse
Comoedia 10/07/1920 Avant-première par Georges Linor.
La Presse 11/07/1920 Article par Jane Catulle-Mendès.
La Presse 11/07/1920 Article par Montboron.
Le Figaro 12/07/1920 Critique par Antoine Banès.
Comoedia 12/07/1920 Critique par Armory.
(suite)
Le Ménestrel 23/07/1920 Critique par Pierre d'Ouvray.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : Editions musicales franco-américaines, 1920

Valse du 2e acte


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs