Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Une nuit de la Dubarry.

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 18.04.1922
 

 

 

BNF Gallica

Une nuit de la Dubarry. Troisième acte

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 18.04.1922
 

 

 

BNF Gallica

 

Une nuit de la Dubarry

  opérette en 3 actes
Texte FOUCHER (Armand) (Livret)
ROSE (Georges) (Livret)
Musique TOLLET (Albert)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 21 jours
Eden 14/04/1922 - 04/05/1922 21 Création
Distribution à la création
M. FARRES (Jean) Léonard
M. VIRGILE L'Abbé Brioche
M. MORISS Le Duc d'Aiguillon
Mme BALAZY (Louise) La Comtesse du Barry
Mme PARNY (Marguerite) Julie
Mme FLEURY (Renée) Mère Marie des Séraphins

Selon les annonces dans la presse parisienne, la pièce aurait été auparavant montée à Nice. La SACD n'en fait pas état.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× La Dubarry eut certainement d’autres nuits, meilleures que celle-ci, mais, telle qu'on nous la raconta, son aventure vespérale est fort plaisante.

Elle n’est pas encore reine de France de la main gauche — la main sinistre — et ne se doute point qu’elle prononcera un jour des paroles définitives que les cafetiers reprendront à l'adresse des « pompiers » distraits.

Son protecteur, le duc d'Aiguillon, se doute qu’il est trompé par un garçon coiffeur, le nommé Léonard, lequel, durant le règne suivant, aura l’honneur d’édifier des corvettes sur le chef auguste de l’Autrichienne. Le galant « capillariste » reçut même, des mains de la courtisane et en récompense de ses offices... spéciaux, une perle de valeur, cadeau du noble duc. Celui-ci, renseigné par Julie, femme de chambre de la Dubarry et, par surcroît, maîtresse de Léonard, veut se venger. Il poursuit les coupables jusqu’en un couvent
dont la prieure, Mère Marie des Séraphins, est une ancienne ballerine de l’Opéra. Léonard, qui put s’échapper une première fois
en revêtant le costume d’un bon abbé ancien mousquetaire... gris, parvient encore à se rire des exempts, grâce à ta bonne Mère en question...

Au cours de cette fuite éperdue, nous avons la joie d’assister aux ébats chorégraphiques de nonnettes qui ne sont pas plus de Dijon que des Capucines... Tout s’arrange au troisième acte après quelques imbroglios classiques. Le duc d’Aiguillon récupère sa perle qu’une étrange coquille avait gardée jalousement — mais Diderot nous a déjà conte cette histoire...

[Extrait de "Comoedia", 18 avril 1922]

Critiques et articles de presse
Comoedia 18/04/1922 Critique par Robert Oudot.
Le Matin 20/04/1922 Critique par Fred Orthys.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : Margis, 1923

Par l'amour


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs