Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Olive. Air détaché : Marseille c'est une brune (27 x 35 cm)

 

Illustration Adrien Barrère (1877-1931)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Olive. Encart publicitaire

 

Extr. de : Le Matin, 15.10.1929
 

 

 

BNF Gallica

 

Olive

Texte MOUÉZY-ÉON (André) (Livret)
FONTANES (Alexandre) (Livret)
PEARLY (Fred) (Livret)
Musique CHAGNON (Pierre)
PEARLY (Fred)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 108 jours
Ambigu 15/10/1929 - 02/01/1930 80 Création
Montrouge 03/01/1930 - 09/01/1930 7
Ternes 10/01/1930 - 16/01/1930 7
Moncey 17/01/1930 - 23/01/1930 7
Ba-ta-clan 31/01/1930 - 06/02/1930 7
Distribution à la création
M. ARNAUDY (Antoine) Olive
M. CHABERT Poucret
M. FLORENCIE (Louis) Gustave Ford
Mme MAY (Lily) Delphine
Mme MARESE (Janie) Mauricette
M. LENOTY (René) Michel
M. REBBE Henry Ford
Mme DHERBLAY (Adrienne) Elisabeth
M. MARSHALL Domestique

chorégraphie DUNCAN (Sancie)
chorégraphie GONTCHAROWA (Hélène)
direction musicale SCHUYER (Elie)

Programme
1930 Ba-ta-clan (reprise)
Coll. Jacques Gana
L'Histoire
Résumé de la pièce

× Premier acte.
Gustave Ford possède, dans le quartier de la Glacière, une chapellerie qui fait de mauvaises affaires. Il est à la veille de déposer son bilan. Pour comble de malheur, sa fille unique, Mauricette, en pilotant elle-même sa petite voiture, a endommagé celle d’un jeune boursier, Michel Gérard. Et Gustave n’est pas assuré ! Michel demande une grosse indemnité, mais ses exigences diminuent quand le chapelier lui avoue sa situation désespérée : Michel a été sensible au charme de Mauricette qui, de son côté, trouve « sa victime » très sympathique. Le jeune homme affirme à Gustave que la plus grande force de la société contemporaine est le bluff. Seul le bluff peut le tirer d’affaire. Un ancien camarade de régiment de Gustave, Olive Rascasse, natif de Marseille et bohème impénitent, vient lui demander des subsides pour épouser « la femme de sa vie », Delphine Rascasse, une « camelote » qui vend l’Intransigeant. Gustave se récuse, en invoquant l’état de ses finances. Survient l’huissier Poucret, porteur de traites immédiatement exigibles. Le chapelier n’a pas un sou pour les payer. C’est la faillite ! Mais un télégramme arrive. Michel s’en empare et le lit devant Poucret. Il émane d’Henry Ford, le richissime constructeur d’automobiles, qui annonce son arrivée en France et promet à son « cousin » Gustave, son concours financier pour relever ses affaires. Gustave est sauvé. L’huissier Poucret, impressionné par le nom du milliardaire, avancera lui-même les sommes nécessaires et part, plein de confiance. Dès qu’il a quitté la boutique, Michel avoue son stratagème. Il a mis en pratique ses théories sur le bluff et il a dénaturé le texte du télégramme qui venait, en réalité, d’un créancier réclamant son dû. Le chapelier s’inquiète. Il n’est sauvé que provisoirement. Que fera l’huissier quand il s’apercevra de la supercherie ? « Ne vous inquiétez pas » dit Michel. L’essentiel était de gagner du temps. Olive paraît en homme-statue. Il a voulu faire profiter son ancien camarade d’un moyen de publicité qu’il considère comme infaillible.

Deuxième acte.
Nous sommes à Juan-les-Pins. Gustave Ford y passe ses vacances. Il a suivi les conseils de Michel et il a loué une riche villa. Mais Poucret a conçu des doutes. Le cousin Henry Ford ne se montre pas. Il exige son argent et menace de sévir, quand paraît le milliardaire américain, que Gustave lui présente triomphalement. Celui-ci n’est autre qu’Olive que le chapelier a appointé pour jouer Henry Ford et endormir la méfiance de l’huissier. Olive joue si bien son rôle que tout le monde y est pris. Michel est victime de ses propres théories, car Mauricette, passant pour la nièce d’un milliardaire, est demandée en mariage par un jeune crétin richissime et Gustave, voyant le salut dans cette union, refuse de lui donner sa fille. Les deux jeunes gens sont désespérés. Delphine Rascasse, qu’Olive a laissée à Paris sans le sou, est stupéfaite de le retrouver à Juan-les-Pins, sous les apparences d’un américain cossu qui refuse de la reconnaître.

Troisième acte.
Dans la villa louée par Gustave Ford. Tout va mal pour les amours de Michel et de Mauricette. Gustave veut contraindre sa fille à faire un riche mariage. Mais Michel a « cuisiné » Delphine. Il a acquis la conviction que le prétendu Henry Ford est un faux américain. Il menace Gustave de révéler la supercherie si celui-ci ne lui donne pas sa fille. Mais un voisin de Gustave lui fait passer sa carte : c’est le véritable Henry Ford qui séjourne incognito, sur la Côte-d’Azur. La similitude de noms l’a frappé et il vient rendre visite à son homonyme. Gustave et lui se découvrent une filiation commune. Gustave est sauvé... Il est vraiment le cousin d’Henry Ford qui mettra de l’argent dans ses affaires, à la condition que Michel épouse Mauricette, car les deux jeunes gens ont su se concilier les sympathies du milliardaire.

[Extrait du programme original]

Critiques et articles de presse
Le Matin 15/10/1929 Encart publicitaire.
Comoedia 15/10/1929 Article.
Le Matin 17/10/1929 Critique par Jean Prudhomme.
Le Figaro 18/10/1929 Critique par Stan Golestan.
Partitions imprimées chant-piano

Editeur : Salabert, 1930

Partition complète (85 p)
Marseille c'est une brune
Une lettre d'amour
Olive
Poire et pomme
Un, deux, trois, quatre, cinq

Enregistrements originaux ECMF


 / 
Marseille c'est une brune
Partition de référence : Air détaché chant et piano
1999


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs