Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

L' Orloff. Air détaché : Minuit, place Pigalle (27 x 35 cm)

 

Illustration Würth
 

 

 

Coll. Jacques Gana

L' Orloff. Partition complète (24 x 32 cm)

 

Illustration Paul Colin (1892-1985)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

L' Orloff. Couverture de la partition originale allemande (1925)

 

 

 

 

L' Orloff. The Jessie Ruddock's girls

 

Extr. de : Programme original de "L'Orloff" (1929)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

L' Orloff. Air détaché : Für dich, mein schatz. Edition originale Bristol.

 

 

 

 

L' Orloff. Rittche, Martinelli, Baugé

 

Illustration Emile Hugon
Extr. de : La Semaine de Paris, 14.12.1928
 

 

 

BNF Gallica

L' Orloff. Marthe Ferrare, Bruno Granichstaedten, Boucot

 

Illustration Emile Hugon
Extr. de : La Semaine de Paris, 14.12.1928
 

 

 

BNF Gallica

L' Orloff. Marthe Ferrare

 

Illustration P. Stephen
Extr. de : Le Matin, 11.12.1928
 

 

 

BNF Gallica

L' Orloff. André Baugé

 

Illustration P. Stephen
Extr. de : Le Matin, 11.12.1928
 

 

 

BNF Gallica

 

L' Orloff

 
ou Le Prince Alex
 
(trad. de Der Orlow)
  opérette moderne en 3 actes et 12 tableaux
Texte MARISCHKA (Ernst) (Livret)
GRANICHSTAEDTEN (Bruno) (Livret)
FERRÉOL (Roger) (Adaptation française)
MERRY (Georges) (Adaptation française)
Musique GRANICHSTAEDTEN (Bruno)
Représentations
Création mondiale (VO) Wien (Vienne) Th an der Wien   03/04/1925
Représentations à Paris jusqu'en 1944 86 jours
Folies Wagram 08/12/1928 - 03/03/1929 86 Création
Distribution à la création
M. BAUGÉ (André) Alex
M. BOUCOT (Louis) Le Contrôleur
M. RITTCHE Jolly Jefferson
M. MARTINELLI Walsh
M. MONET (Jean) Stepanoff
Mme FERRARE (Marthe) Nadia
Mme MAUREL (Yo) Dolly
Mme DE BEER (Lisette) Jessie
Mme HOFMANN (Rachel) Une dactylo
M. LEREL (Max) Harry
M. GISTEL Hunter, le Détective, le Directeur du Manhattant
M. ROZAN (Loïk) Le Reporter, John

chorégraphie QUINAULT (Robert)
costumes ZANEL (Gaston)
décors ROGER
décors DURAND (Roger)
décors DESHAYS (Raymond)
décors ARNAUD
décors COLIN (Paul)
décors BERTIN (Emile)
direction musicale BERNARD (Armand)
mise en scène CARLUS (Edmond)

Programme
1929 Folies Wagram
Coll. Jacques Gana
1938 Gaité Lyrique (reprise)
Coll. J.-F. Holvas

Cette pièce a été reprise le 1er décembre 1938 sous le titre "Le Prince Alex".
La partition complète comprend des passages orchestrés pour jazz band (il y avait un petit orchestre sur la scène)

L'Histoire
Résumé de la pièce

× 1er Acte. Dans l'usine d'automobiles de Walsh et Jefferson, à New-York
John Walsh et Jolly Jefferson, son associé, sont les propriétaires d'une vaste fabrique d'automobiles à New-York.
Tous deux sont épris de Nadia Nadja-kowska la célèbre danseuse russe, vedette du Manhattan Music-Hall qui vient souvent les voir à l'usine. Chacun d'eux se croit l'objet des préférences de la danseuse.
En réalité, Nadia est attirée par la présence à l'usine d'un simple mécanicien, Alex Doroschinsky, russe comme elle, et dont elle a remarqué la belle voix et la prestance.
On voit la danseuse et le beau mécanicien échanger des souvenirs et évoquer la Patrie lointaine.
Walsh et Jolly Jefferson que l'on appelle familièrement Jigine ne sont pas sans s'inquiéter de cette sympathie.
Cependant Jolly trouve un dérivatif dans le charme de la petite dactylo Dolly, à qui il promet d'accorder, pendant vingt-quatre heures, l'accomplissement de tous ses désirs.
Alex Dorochinsky, que Jolly voudrait faire renvoyer de l'usine se fait reconnaître
par lui : ils se sont rencontrés autrefois à Paris, ils ont dîné ensemble à l'Ambassade de Russie, à l'époque où Alex n'était autre que le Grand Duc Alexandre Alexandrowitch.
Jolly, ahuri de cette découverte, promet au Grand Duc de ne pas révéler sa véritable identité.
Alex lui confie aussi qu'il a gardé précieusement, malgré sa pauvreté actuelle, le fameux diamant des Tzars, L'Orloff souvenir de famille dont le prix est inestimable.
Walsh, désireux de ridiculiser aux yeux de Nadia celui qu'il croit toujours un simple ouvrier de son usine, invite Alex à assister à une fête qu'il donne le soir même dans sa villa.
Alex accepte, car lui aussi, en secret, aime la belle danseuse.
Et soudain, il se décide, il remet L'Orloff à Jefferson, et le charge de vendre le célèbre diamant dont le prix lui rendra la fortune et l'indépendance.
Acte II. - Dans la villa de Walsh, à Catskill, près de New-York.
La fête de nuit bat son plein dans le parc de la villa de Walsh.
L'invité dont Walsh voulait faire la surprise à Nadia n'est pas venu assister au dîner.
Soudain on annonce : M. Dorochinsky, et à la stupeur générale, on voit paraître Alex, le mécanicien, en brillant uniforme de général de la garde impériale.
Nadia essaie de lui arracher son secret mais Alex se dérobe.
Jolly, chargé par Alex de vendre trouve un acquéreur en la personne de Walsh qui compte l'offrir à la belle Nadia.
Le joyeux associé de Walsh, lui, est de plus en plus épris de la petite Dolly qui est venue, elle aussi, assister à la fête.
Cependant, après un brillant divertissement offert à ses invités, Walsh veut triompher de l'indifférence de Nadia, en lui offrant "L'Orloff" devant tous ses invités, et tend à Jolly, chargé de la vente, un chèque de Vingt Millions.
Mais Alex ne veut pas que son diamant serve à cet usage. Il arrache L'Orloff des mains de Jolly et s'en déclare le propriétaire.
Mais tous - sauf Jolly - croient alors que le mécanicien a volé le diamant. Nadia elle-même est efffeurée par le soupçon.
Alex s'en rend compte, et navré, renonce à se disculper.
Mais des détectives et un interprête russe sont là.
Ce dernier, au moment d'interroger Alex, le reconnait tombe à genoux, et proclame son nom : C'est le Grand Duc Alexandrowitch de Russie.
Stupéfaction générale et douleur de Nadia qui comprend qu'elle a cruellement offensé l'homme qu'elle aimait.
Alex jette dédaigneusement à ses pieds le magnifique diamant et sort avec Stépanoff, tandis que Nadia déplore sa méprise...
Acte III. - 1er Tableau : Au Manhattan-Music-Hall
Une grande animation règne dans le couloir des loges du Manhattan-Music-Hall ; Miss Nadia Nadjakowska figure au programme, et tout New-York sait par les journaux que la danseuse a reçu l'Orloff des mains du Grand-Duc. On ajoute même qu'elle l'a déjà vendu. Jolly et Dolly qui viennent assister au spectacle sont accueillis à tour de rôle par un extraordinaire contrôleur, marchand de programmes, véritable factotum du Théâtre. Alex arrive aussi au Music-Hall. Déçu dans son amour pour Nadia, il veut partir, après l'avoir revue de loin une dernière fois. Il apprend par Walsh que la danseuse a vendu iOrloff. Cette nouvelle l'accable. C'était donc vraiment une femme comme tant d'autres.
Alex décide de la traiter comme une de ces femmes là. Il envoie à Nadia par 1 entremise du contrôleur, une gerbe de fleurs contenant un billet de mille dollars déchiré en deux. Il l'invite à souper. Elle viendra chercher 1 autre moitié du billet.
Cependant Nadia qui n'a nullement vendu l'Orloff, a envoyé son habilleuse Jessie, chercher le Grand Duc dans la salle. Elle veut une explication. Jessie charge le contre eur d'amener Alex à Nadia.
2e Tableau : Sur la Scène.
Le contrôleur vient manifester ses talents variés et chante des couplets burlesques, encadré des Girls.
3e Tableau : Dans la Salle.
Il descend dans la salle vendre ses programmes aux spectateurs, et se livre à des commentaires comiques sur les numéros qu ils vont voir défiler devant eux.
4e Tableau : Sur la Scène.
Le public assiste à un de ces numéros. C'est une attraction lumineuse : "Feux"
5e Tableau : Devant le Rideau.
Le contrôleur vient à l'avant-scène et se livre à un monologue cocasse.
6e Tableau : Dans la loge de Nadia.
Nadia attend fiévreusement le Grand Duc. Le contrôleur, qui s'est trompé, lui amène Jolly. La danseuse, furieuse, le renvoie à la recherche d'Alex. Il revient avec la gerbe que ce dernier l'a chargé de remettre à Nadia. Elle ouvre l'enveloppe qui y est épinglée et s'indigne en lisant le mot insultant écrit par le Grand Duc.
Elle croit un instant Walsh — qui pénètre à ce moment dans sa loge — coupable de cet envoi.
Tandis qu'elle proteste et proclame qu on l'accuse faussement d'avoir vendu l'Orloff, Alex entre. Il surprend les dernières phrases de Nadia. Ravi de s'être trompé sur le compte de la danseuse, il lui ouvre les bras. Ils auront mieux que l'Orloff : tous les diamants du rêve !
7e Tableau : Devant le Rideau.
Le Grand Duc chante l'espoir qui l'anime !
8e Tableau : Les Pierres Fantastiques.
9e Tableau : La Sortie du Théâtre.
Tous les diamants, toutes les élégances de New-York sont venus attendre à la sortie du Manhattan-Music-Hall, l'heureux couple formé par Nadia et Alex, et saluent leur bonheur en une brillante apothéose.

[Extrait du programme original]

Critiques et articles de presse
Lyrica 01/12/1928 Critique.
Comoedia 03/12/1928 Article.
Comoedia 08/12/1928 Article.
Le Gaulois 08/12/1928 Article par N.
Comoedia 09/12/1928 Article.
La Presse 09/12/1928 Article par Paul Achard.
Le Matin 11/12/1928 Critique par Fred Orthys.
La Semaine de Paris 14/12/1928 Critique par CSC.
Le Ménestrel 21/12/1928 Critique par Henri de Curzon.
Le Gaulois 09/12/1929 Article par Louis Schneider.
Partitions imprimées chant-piano

Editeur : Max Eschig, 1929

Partition complète (171 p)
Chanson du soldat russe
Chanson de la cigarette
Pour toi
Chanson de la balalaïka
Une heure vient
Va plus loin
Minuit, place Pigalle
Toujours en retard
Youp et Youp

Enregistrements originaux ECMF


 / 
Minuit, Place Pigalle
Partition de référence : Air détaché chant et piano
1999


 / 
Fantaisie-sélection, pour orchestre
Pot-pourri
Partition de référence : Arrangement pour orchestre symphonique
Premiers violons, Seconds violons, Altos, Violoncelles, Contrebasses, Flûte, Hautbois, 2 Clarinettes, Basson, Cors, 2 trompettes, 3 trombones, Percussions
2002

Version filmée, TV, vidéo

L'Orloff a été adapté au cinéma en Allemagne par Max Neufeld en 1932 sous le titre "Le Diamant du Tsar" ("Der Diamant des Zaren"), mais curieusement le film n'est pas sorti simultanément en version française, comme c'était pourtant l'usage à l'époque.


Enregistrements 78T/mn
Par les créateurs au théâtre

 / 
Balalaïka / BAUGÉ (André) (chant)
PATHE Sap X 0645 (1929) - Coll. Jacques Gana

 / 
Chanson de la cigarette / BAUGÉ (André) (chant)
PATHE Sap X 0644 (1929) - Coll. Jacques Gana

 / 
Chanson des soldats russes / BAUGÉ (André) (chant)
PATHE Sap X 0644 (1929) - Coll. Jacques Gana

 / 
Minuit, place Pigalle / BAUGÉ (André) (chant)
PATHE Sap X 3393 (1929) - Coll. Jacques Gana

 / 
Va plus loin / BAUGÉ (André) (orchestre)
PATHE Sap X 0645 (1929) - Coll. Jacques Gana
Par des interprètes n'ayant pas participé à la création
Chanson de la cigarette / JEMBLA (chant)
CRISTAL 5636 (1933)
Minuit, place Pigalle / CHARCO (Louis) (chant)
POLYDOR F 42713 (1929)
Minuit, place Pigalle / GOUIN (Fred) (chant)
ODEON 165556 (1929)
Minuit, place Pigalle / MARJAL (chant)
GRAMOPHONE K 5687 (1929)

 / 
Minuit, place Pigalle / TYBER (Lina) (chant)
POLYDOR 521605 (1929) - Coll. Jacques Gana
Minuit, place Pigalle / FOX (Tom) (orchestre)
PARLOPHONE 22224 (1929)
Pour toi / GLUSKIN (Lud) (orchestre)
PATHE X 8587 (1929)

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs