Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Pépé. Air détaché : A Tahiti (27 x 35 cm)

 

Illustration Henri Cerutti (?-1968)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Pépé. Air détaché : Mais alors (27 x 35 cm)

 

Illustration Henri Cerutti (?-1968)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Pépé. Air détaché : Quand il fait beau (27 x 35 cm)

 

Illustration Henri Cerutti (?-1968)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Pépé. Air détaché : Rêve d'un moment (27 x 35 cm)

 

Illustration Henri Cerutti (?-1968)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Pépé. Création de la pièce parlée originale (1923). Pizani, Le Gallo, Coecilia Navarre, Marcelle Lender

 

Extr. de : Le Matin, 07.04.1923
 

 

 

BNF Gallica

Pépé. Coecilia Navarre dans la version parlée (1923)

 

Illustration Bib
Extr. de : La Rampe, 15.04.1923
 

 

 

BNF Gallica

Pépé. Création de la pièce parlée originale (1923)

 

Illustration Julien Pavil (1897-1952)
Extr. de : Comoedia, 05.04.1923
 

 

 

BNF Gallica

Pépé. Création de la pièce parlée originale (1923)

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 07.04.1923
 

 

 

BNF Gallica

Pépé. Création de la pièce parlée originale (1923)

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 07.04.1923
 

 

 

BNF Gallica

Pépé. Création de la pièce parlée originale (1923)

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 07.04.1923
 

 

 

BNF Gallica

Pépé. Simone Deguyse

 

Illustration Georges Bastia
Extr. de : Comoedia, 25.10.1930
 

 

 

BNF Gallica

Pépé. Harry Baur

 

Illustration Georges Bastia
Extr. de : Comoedia, 25.10.1930
 

 

 

BNF Gallica

 

Pépé

  comédie musicale en 3 actes
Texte BARDE (André) (Livret)
Musique YVAIN (Maurice)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 27 jours
Daunou 23/10/1930 - 18/11/1930 27 Création
Distribution à la création
M. BAUR (Harry) Fressenoy
M. BAROUX (Lucien) Pailloux
M. SERGY (José) Davilliers
M. BAUDRY (Fernand) Dupont
Mme RISTORI (Gabrielle) Solange
Mme DEGUYSE (Simone) Jacqueline
Mme DUCOURET (Marguerite) Mme Jeannerot
Mme STAUB (Diana) Mme Dupont
M. CASA (Robert) un Monsieur
M. BEART Maître d'hôtel
Mme RAPHANE Femme de chambre
Mme ROSANES (Becky) La Caissière

"Pépé" est l'adaptation musicale d'une pièce homonyme d'André Barde créée au Théâtre Michel le 4 avril 1923.

C'est une pièce atypique du style habituel de Maurice Yvain à cette époque : il s'agit en effet d'une comédie musicale dans le style de Raoul Moretti, où Yvain a abandonné les choeurs complexes à plusieurs voix et les grands finales qui ont fait son succès, et développé la partie dansée.

Anecdote : on entend l'air n° 16, "Un cocktail" en fond musical dans le film "Paris-Béguin" (composé par Yvain en 1931), lors de la première rencontre entre Jean Gabin et Jane Marnac.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Pierre Fressenoy a une femme jolie, jeune, douce, tendre, patiente, bonne, confiante et qui l'aime. Vous ne voudriez pas qu'une femme aussi parfaite ne fût pas trompée ? Fressenoy trompe sa femme. Il l'aime, assurément, mais il a toujours eu des bonnes fortunes et ce n'est pas au Théâtre Michel que les quadragénaires entendent la sonnette d'alarme pour la tranquillité des familles. Donc, qu'une petite femme passe, et notre homme frétille.

Sa belle-mère, Mme Jannerot, se doute de ses frasques et voudrait devenir grand'mère. Un enfant consoliderait le ménage et lui permettrait, à elle, de guérir de sa « bougeote ». Cette idée plaît à Mme Fressenoy. Elle serait heureuse de donner à son mari le bonheur que ses innombrables maîtresses n'ont pu lui assurer. A moins qu'il n'ait eu, naguère, un enfant ?... Il parle de tant de femmes avec son ami Pailloux... Peut-être, dans tous ces prénoms, celui d'une fille ?...

Vous voyez l'état d'esprit de la bonne Mme Fressenoy et l'habile préparation de M.. André Barde ? Dès que Fressenoy se trouve seul, une petite femme lui saute au cou en l'appelant « Pépé » ! C'est une gamine, et charmante, qu'il a rencontrée, fascinée, qui s'est donnée à lui. Elle était si malheureuse, orpheline, réfugiée chez un vieil ami de son père qui abusait d'elle. Elle se nomme Jacqueline. Elle a besoin d'être aimée, d'être dorlotée. Fressenoy la prend sur ses genoux. Mme Fressenoy les surprend.

La sainte et digne et bonne femme ne fait aucun geste de menace, ni de colère. Tout au contraire, elle sourit ; elle tend ses beaux bras en disant : - C'est ta fille ! Pourquoi me la cachais-tu ?

Ainsi, la petite Jacqueline est obligée de convenir que son amant est son père, son pépé comme elle disait. Elle s'abandonne à la douceur de trouver dans cette belle-mère une grande sœur, une amie. Mais elle est honnête. Elle n'abusera pas vilainement de l'hospitalité qui lui est imposée. D'abord, elle sera la compagne la plus dévouée de Mme Fressenoy. Elle lui apprendra les plaisirs de Paris, couturiers, modistes et dancings. Elle détournera d'elle les galants ; elle protégera son bonheur conjugal. Désormais, son amant n'est que son pépé, rien que son pépé.

Fressenoy peste, rage. Il surprend Jacqueline dans les bras, sur les lèvres du jeune Davillier qui, naguère, courtisait sa femme. Que lui dire ? Il demande la main de mademoiselle sa fille La situation est vraiment comique. Voilà, le séducteur est confondu ; il est puni, il est bafoué. Et son châtiment ne fait que commencer. La belle-mère est soupçonneuse, vous le savez. Elle a bientôt fait de mener une enquête qui est singulièrement facilitée par l'arrivée, la confrontation du vieil ami de Grenoble.

Comment sortir de l'impasse ? Mme Fressenoy, par bonheur, ne doute pas de Jacqueline. Et puis, son médecin vient de lui confirmer une douce espérance. Elle sera mère dans quelques mois. Elle peut pardonner à son mari.

Et la petite Jacqueline ne se trouvera pas,toute seule, avec la seule consolation de l'ami Pailloux. Le jeune soupirant qu'elle aime l'emmène sur la Côte d'Azur.

[Pièce originale, Extrait de "Comoedia", 7 avril 1923]

Critiques et articles de presse
L'Illustration Critique.
Comoedia 05/04/1923 Création de la pièce originale (1923). Avant-première par Robert de Thiac.
Le Matin 07/04/1923 Création de la pièce originale (1923). Critique par Fred Orthys.
Comoedia 07/04/1923 Création de la pièce originale (1923). Critique par Régis Gignoux.
(suite)
Le Gaulois 08/04/1923 Création de la pièce originale (1923). Critique par Louis Schneider.
Le Ménestrel 13/04/1923 Création de la pièce originale (1923). Critique par Pierre d'Ouvray.
La Rampe 15/04/1923 Création de la pièce originale (1923). Critique par Pierre Bonardi.
La Rampe 15/04/1923 Création de la pièce originale (1923). Critique.
La Rampe 15/04/1923 Création de la pièce originale (1923). Critique.
La Rampe 15/04/1923 Création de la pièce originale (1923). Critique.
Paris Soir 20/10/1930 On répète "Pépée" [sic] au Daunou. Avant-première par MH.
Comoedia 21/10/1930 Article.
Excelsior 22/10/1930 Avant-première.
Comoedia 24/10/1930 Article.
Comoedia 25/10/1930 Caricature.
Paris Soir 25/10/1930 Répétition générale par Paul Reboux.
Comoedia 25/10/1930 Article.
(suite)
Le Matin 26/10/1930 Critique.
Le Figaro 27/10/1930 Critique par Stan Golestan.
Excelsior 27/10/1930 Critique par Emile Vuillermoz.
Le Journal 28/10/1930 Critique par Georges Le Cardonnel.
Le Ménestrel 31/10/1930 Critique par Tony Aubin.
La Semaine de Paris 31/10/1930 Critique par JM.
Ric et Rac 01/11/1930 Critique par Dominique Sordet.
Larousse mensuel 01/12/1930 Critique.
Partitions imprimées chant-piano

Editeur : Salabert, 1930

Partition complète (92 p)
Rêve d'un moment
Mais alors
Quand il fait beau
A Tahiti

Enregistrements originaux ECMF

Cliquez pour lire le document

Enregistrement intégral d'après la partition
complète chant-piano originale (Enrgt. 2002)


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs