Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

La Perle de Chicago. Air détaché : Le Tchin Tchin (27 x 35 cm)

 

 

 

 

Coll. Jacques Gana

La Perle de Chicago. Harry Mass et Marguerite Gilbert (1924)

 

 

 

 

Coll. Jacques Gana

La Perle de Chicago. Harry Mass et Marguerite Gilbert (1924)

 

 

 

 

Coll. Jacques Gana

 

La Perle de Chicago

  opérette en 3 actes
Texte DEKOBRA (Maurice) (Livret)
Musique SYLVABELL-DEMARS
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 72 jours
Gaîté Lyrique 22/05/1924 - 14/07/1924 54 Création
Ba-ta-clan 02/05/1925 - 19/05/1925 18
Distribution à la création
M. MASS (Harry) Camille Fenouil
M. JYSOR (Robert) Harry Jeffries
M. MORTON (Georges) Le Réverend Mac Bottle
M. NOEL (André) Don Gomez d'Aolo
M. DÉTOURS Casoar
Mme STUART (Nan) Miss Maud Jeffries
Mme CAM (Denise) Henriette Bigourdin
Mme DUCOURET (Marguerite) Mrs Jeffries
Mme GILBERT (Marguerite) Antoinette
Mme DOLLEY (Nilda) Léa
M. MARCK (Georges) de Monroy

direction musicale REYNAUD (M.)
mise en scène STRELISKI (Maurice)

Programme
1925 Ba-ta-clan (reprise)
Coll. Jacques Gana

Adaptation musicale par l'auteur de la pièce éponyme (Th. des Arts, 2 juin 1922).
Quoique le seul auteur déclaré soit Maurice Dekobra, il est peu vraisemblable qu'il soit l'auteur des lyrics.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× ACTE I
M. Camille Fenouil est herboriste à Quimper. Ce boutiquier poète se lamente à l’idée que sa fiancée, sa petite amie d’enfance, Henriette Bigourdin, va être obligée d’épouser le riche M. Lehidan pour sauver Maître Bigourdin, son père, de la ruine. Mais ô miracle ! des Américains arrivent à Quimper et font irruption dans la boutique de Camille. Ce sont Mme Jeffries, sa fille Maud, son frère Harry et le Révérend Mac Bottle. Maud Jeffries lit le testament d’un petit cousin Fenouil, de Chicago, qui lègue à l’Américaine trente millions de dollars, à condition qu’elle épouse le dernier survivant de la famille Fenouil en France, l’herboriste de Quimper ! Ce sera naturellement un mariage blanc et l’héritage touché Maud Jeffries rendra Camille à sa petite fiancée Henriette. Celle-ci consent. Les Jeffries considèrent que le temps est précieux ; ils invitent le Révérend Mac Bottle à "répéter" la cérémonie à l’américaine qui aura lieu dans deux heures à Paris. Le Révérend opère, mais il est plus préoccupé par Harry qui confectionne des coktails que par les rites du mariage. La répétition finie, les Jeffries donnent rendez-vous à Camille, à Paris.
ACTE II
Un hall dans l’hôtel particulier des Jeffries à Paris, avenue du Bois. Au lever du rideau, nous vovons Camille Fenouil, dormant dans un lit-cage ; car le dernier flirt de Maud Jeffries est arrivé et a été logé dans la chambre du mari in-partibus. Camille est las d’être traité depuis quelques mois avec tant de désinvolture et s’en plaint à Maud. Harry Jeffries qui courtise Henriette Bigourdin à Quimper (car il a racheté la petite herboristerie) ne comprend rien aux querelles amoureuses d’Henriette et de Camille.
Celui-ci, conseillé par la dame de compagnie de Mme Jeffries, fait de la boxe, apprend le shimmy et s’américanise peu à peu, tandis que le Révérend Mac Bottle et Mme Jeffries explorent les cabarets de la Butte. Mais Maud qui revient d’une promenade à cheval avec son flirt, M. Gomez d’Aolo, s’attire enfin les reproches de Camille qui provoque Gomez et lui déclare qu’il va le boxer à la manière Yankee. Le Réverend arbitre cette querelle au cours d’une garden-party donnée par Mme Jeffries. Le beau Gomez est knockouté par Camille. Maud, outrée de sa conduite, fait une scène à son “mari provisoire” et s’attire de véhémentes protestations de Camille qui, afin de cacher son amour pour l’Américaine, part en claquant la porte.
ACTE III
Harry Jeffries a acheté la boutique de Camille pendant qu’il joue à Paris son rôle de mari. Il a transformé la petite herboristerie de Quimper en une vaste usine où l’on fabrique des milliers de tonnes de boules de gomme pour les Etats-Unis.
Harry et Henriette se sont aimés peu à peu. Ils annoncent leurs fiançailles à Mme Jeffries qui s’étonne. Mais Harry lui fait comprendre que si Maud est revenue en auto à Quimper c’est parce qu’elle aime au fond son mari.
Nulle ombre ne plane donc sur leur bonheur, Camille, en effet, se retrouve avec Maud dont l’amour est né du magistral coup de poing qui a démoli son pantin de flirt. L’Américaine reconquiert son époux provisoire et un double mariage d’amour franco-américain unit Maud à Camille et Henriette à Harry.

Critiques et articles de presse
Comoedia 22/05/1924 Répétition générale par André Rigaud.
La Presse 25/05/1924 Article par Jane Catulle-Mendès.
Le Ménestrel 30/05/1924 Critique par Pierre de Lapommeraye.
Comoedia illustré 15/06/1924 Critique.
Partitions imprimées chant-piano

Editeur : Labbé, 1924

Partition complète (194 p)
Tous les airs détachés en recueil
Le Tchin-Tchin (danse pour piano seul)
Valse nostalgique "L'amour est un rêve"
Nous arrivons de Chicago
Le Paradis des Yankees
Duetto de la leçon de danse "Fox-trottons"
Le Shimmy du whisky
O ma chère petite chose
Le Pays du panache
Darling valse
Mon papa veut me marier
Un poète c'est un bonhomme
Tout ça c'est du chiqué
Ca gaze

Enregistrements originaux ECMF


 / 
Le Tchin-Tchin
Partition de référence : Air détaché piano seul (danse)
2005


Enregistrements 78T/mn
Par les créateurs au théâtre
L'Amour est un rêve / JYSOR (Robert) (chant)
PATHE Sap 2092 (1924)
O ma chère petite chose / JYSOR (Robert) (chant)
PATHE Sap 2092 (1924)

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs