Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Quand on est trois. Air détaché : Les femmes mariées (27 x 35 cm)

 

 

 

 

Coll. Jacques Gana

Quand on est trois. Partition complète (24 x 32 cm)

 

 

 

 

Coll. Jacques Gana

Quand on est trois. Publicité (27 x 35 cm)

 

Illustration Roger de Valerio (1886-1951)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Quand on est trois.

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Comoedia le théâtre illustré n° 45 (1er juin 1925)
 

 

 

BNF Gallica

Quand on est trois.

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Comoedia le théâtre illustré n° 45 (1er juin 1925)
 

 

 

BNF Gallica

Quand on est trois. Edmée Favart et Jean Périer

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Comoedia le théâtre illustré n° 45 (1er juin 1925)
 

 

 

BNF Gallica

Quand on est trois. Edmée Favart et Louvigny

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Comoedia le théâtre illustré n° 45 (1er juin 1925)
 

 

 

BNF Gallica

Quand on est trois. Air détaché : Les Femmes mariées (piano seul)

 

 

 

 

Coll. "Images musicales"

Quand on est trois. Air détaché : La Java de Java

 

 

 

 

Coll. "Images musicales"

Quand on est trois.

 

Extr. de : Comoedia, 21.04.1925
 

 

 

BNF Gallica

Quand on est trois.

 

Illustration Julien Pavil (1897-1952)
Extr. de : Comoedia, 21.04.1925
 

 

 

BNF Gallica

Quand on est trois.

 

Illustration Julien Pavil (1897-1952)
Extr. de : Comoedia, 21.04.1925
 

 

 

BNF Gallica

Quand on est trois.

 

Extr. de : Comoedia, 21.04.1925
 

 

 

BNF Gallica

 

Quand on est trois

  comédie musicale en 3 actes
Texte VEBER (Pierre) (Livret)
VEBER (Serge) (Livret)
WILLEMETZ (Albert) (Lyrics)
Musique SZULC (Joseph)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 275 jours
Capucines 19/04/1925 - 14/08/1925 118 Création
Capucines 09/09/1925 - 25/10/1925 47
Renaissance 27/04/1926 - 30/06/1926 65
Moncey 22/10/1926 - 28/10/1926 7
Nouveau Théâtre 30/10/1926 - 04/11/1926 6
Montrouge 05/11/1926 - 11/11/1926 7
Cluny 19/11/1926 - 02/12/1926 14
Nouveau Théâtre 22/12/1928 - 25/12/1928 4
Ba-ta-clan 04/01/1929 - 10/01/1929 7
Distribution à la création
M. PÉRIER (Jean) Livran
M. LOUVIGNY (Jacques) Jean-Jacques
M. TREVOUX (Henry) Maume
M. FENONJOIS (Henri) Félix
Mme FAVART (Edmée) Claude
Mme DOR (Christiane) Florise
Mme DERMINY (Marthe) Lolotte
Mme PASCALINE Madame Noisiel
Mme SERIONNE Mireille
Mme BERNARD Irène

mise en scène BAUR (Harry)
piano SZULC (Joseph)

Lors de la création aux Capucines, Joseph Szulc accompagnait lui-même son oeuvre au piano. Mais lors de la reprise à la Renaissance, la pièce était accompagnée d'un orchestre complet, dirigé par Albert Valsien.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Veuf, M. Livran n'a plus auprès de lui que son unique enfant, Claude, qui "vous gifle un homme comme elle prendrait cinq doigts de porto". Ayant ainsi accordé sa main à la figure de plusieurs jeunes gens, Claude, malgré les vives instances de son père, n'a jamais pu se marier. Bridge-les- Bains sera la dernière station estivale du calvaire que Claude fait subir à son père. La thérapie suivie par les curiste de Bridge est très spéciale, et très particulièrement destinées aux alcooliques : on y boit que de l'alcool - distribué par la traditionnelle fontaine - en manière de désintoxication progressive…

Heurtée par le jeune et richissime Jean-Jacques Jancier, Claude le soufflète. Le jeune homme envoie ses témoins au père de la jeune fille, lequel se consolera en " soulevant " la facile maîtresse de Jean-Jacques, la jolie Florise.

Claude ne se marie pas pour une deuxième raison : elle a remarqué à notre époque que les hommes ne s'intéressent pas à nos jeunes filles : ils aiment mieux les femmes mariées : moins de risque, plus de confort, et elles coûtent moins cher…

Claude se retrouve dans une situation sans issue : tant qu'elle ne sera pas mariée, elle ne trouvera jamais de mari... Qu'elle passe, au contraire, pour une épouse légitime, et chacun la désirera.

Mais Claude n'a qu'un homme sous la main (hormis ceux qu'elle a giflés…) : son père. Elle décide donc de se faire passer... pour la femme de son père ! Aussitôt, elle devient objet de convoitise pour Jean-Jacques, qui s'empresse de présenter ses excuses à M. Livran, et ne souhaite rien tant que de devenir son meilleur ami... afin de pouvoir s'offrir sa femme...

L'arrivée d'une tante qui rapporte de Java plusieurs millions et un tempérament de feu (la chaleur tropicale, bien sûr), va tout compliquer.

Cette tante prend naturellement Claude pour la seconde femme de son beau-frère ; jette son dévolu sur Jean-Jacques ; le gifle - c'est de famille ! - parce qu'il ne répond pas assez vitre à ses avances claires et précises , et, pour finir, prend Florise, la jolie grue qui couche avec son beau-frère, pour sa nièce Claude… Livran, craignant d'être déshérité des millions de sa belle-sœur accepte, bon gré mal gré, que ces différents quiproquos ne soient pas éclaircis. Naturellement, leur conséquence complique la situation à l'envi : Claude sera l'objet des assiduités de Jean-Jacques tandis que son père folâtre avec Florise dans la chambre à côté. La maîtresse véritable et la femme putative vivront - comme il sied à tout ménage moderne - en parfait accord. Claude en profitera pour flirter à l'excès. Par ricochet, Livran s'irrite de passer pour un mari complaisant, tandis que sa fille joue les épouse trahies !

L'inflammable tante surveille de très près la vertu de son beau-frère - il se doit de respecter l'honneur posthume de sa femme… - mais tentera de servir de paratonnerre à la foudre amoureuse de Jean-Jacques envers Claude (qu'elle prend donc pour la nouvelle femme de son beau-frère) - et la détourner à son plus strict profit.

La situation deviendra de plus en plus délicate, aussi il ne restera plus au père et à la fille qu'une seule issue : le divorce !
Sur le point de céder à Jean-Jacques celle qui passe pour sa femme, Livran s'assure de ses antécédents, de sa fortune avec une sollicitude toute paternelle. Le prétendant découvre enfin la vérité, et décrète que la virginité de Claude n'est plus un obstacle à ses yeux - puis que seul l'amour désormais le guide - et non plus le seul amour de la bagatelle…

[Extrait de "Comoedia", 21 avril 1925]

Critiques et articles de presse
L'Eclair Critique par M. Madelin.
Le Soir Critique par Alexis Caille.
Le Temps Critique par Pierre Brisson.
La Liberté Critique par Gaston Liberty.
Le Matin Critique par Fred Orthys.
Le Petit Parisien Critique par Paul Ginisty.
Le Gaulois 21/04/1925 Article par Louis Schneider.
Comoedia 21/04/1925 Critique par Pierre Maudru / Armory / Albert du Meylin.
(suite)
Le Figaro 22/04/1925 Critique.
La Presse 23/04/1925 Article par Jane Catulle-Mendès.
Le Gaulois 29/04/1926 Reprise à la Renaissance (avril 1926). Critique par Louis Schneider.
Le Figaro 30/04/1926 Article par André Messager.
La Presse 03/05/1926 Article par Jane Catulle-Mendès.
Partitions imprimées chant-piano

Editeur : Salabert, 1925

Partition complète (138 p)
Les Femmes mariées
La Java de Java
Je suis son père... Je suis sa fille
C'est la faute à mon papa
Quand les femmes sont jolies
De vous à moi
J'peux pas monter
De vous à moi (in "Album Salabert piano seul" n° 8)
La Java de Java (in "Album Salabert piano seul" n° 8)

Enregistrements originaux ECMF

Cliquez pour lire le document

Enregistrement intégral d'après la partition
complète chant-piano originale (Enrgt. 2002)


Enregistrements après 1945,
disques et radio, documents
Diffusions radio RDF/RTF/ORTF
16/01/1949
Avec : Revoil (Fanély), Page (Renée), Cuvillier (Andrée), Doniat (Aimé), Lenoty (René), Payen (Paul) - Dir. Cariven (Marcel)

Enregistrements 78T/mn
Par les créateurs au théâtre

 / 
De vous à moi / FAVART (Edmée), BURNIER (Robert) (chant)
PATHE Sap 2577 (1925) - Coll. MMP
De vous à moi / FAVART (Edmée), BURNIER (Robert) (chant)
SALABERT 107 (1925)
J'peux pas monter / DOR (Christiane) (chant)
PATHE Sap 2109 (1925)
J'peux pas monter / DOR (Christiane) (chant)
SALABERT 108 (1925)

 / 
Je suis son père... je suis sa fille / FAVART (Edmée), BURNIER (Robert) (chant)
PATHE Sap 2577 (1925) - Coll. MMP
Je suis son père... je suis sa fille / FAVART (Edmée), BURNIER (Robert) (chant)
SALABERT 107 (1925)
Par des interprètes n'ayant pas participé à la création
C'est la faute à mon papa / STIKLEN (Jack) (orchestre)
SALABERT 83 (1925)
De vous à moi / STIKLEN (Jack) (orchestre)
SALABERT 82 (1925)
De vous à moi / XXX (Orchestre anonyme) (orchestre)
PATHE Sap 6773 (1925)
J'aime mieux les femmes mariées / BURNIER (Robert) (chant)
PATHE Sap 2109 (1925)
J'aime mieux les femmes mariées / BURNIER (Robert) (chant)
SALABERT 69 (1925)
Les Femmes mariées / STIKLEN (Jack) (orchestre)
SALABERT 83 (1925)
Les femmes mariées / XXX (Orchestre anonyme) (orchestre)
PATHE Sap 6773 (1925)
Quand les femmes sont jolies / BURNIER (Robert) (chant)
SALABERT 69 (1925)
Quand les femmes sont jolies / STIKLEN (Jack) (orchestre)
SALABERT 82 (1925)

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs