Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Le Renard chez les poules. Partition complète (24 x 32 cm)

 

 

 

 

Coll. Jacques Gana

Le Renard chez les poules. Encart publicitaire

 

Extr. de : Le Matin, 01.02.1929
 

 

 

BNF Gallica

Le Renard chez les poules.

 

Illustration Gaston et Louis Manuel
Extr. de : Comoedia, 02.02.1929
 

 

 

BNF Gallica

 

Le Renard chez les poules

 
ou Un Renard chez les poules
  opérette en 3 actes
Texte MOUÉZY-ÉON (André) (Livret)
MACHARD (Alfred) (Livret)
Musique RICHEPIN (Tiarko)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 18 jours
Michel 31/01/1929 - 17/02/1929 18 Création
Distribution à la création
M. DEFREYN (Henry) Raymond Pourville
M. BERLEY (André) Mr Touplain-Genty
M. PRESTAT (Henri) Mr Bobèche
M. CLOT Le Concierge
Mme DEVAL (Marguerite) Mme Touplain-Genty
Mme PRINSSE (Alice) Mireille Lepage
Mme MIREILLE Titi Bobèche
Mme SERGYS (Germaine) Jeanne Bertot
Mme SERGYS (Yvonne) Simone Coquet

Le "Renard chez les poules" est une pièce injustement ignorée des historiens, qui n'en parlent que par oui-dire (tel Florian Bruyas). Elle a quitté l'affiche rapidement en 1929 pour de mauvaises raisons (mauvais théâtre, le théâtre Michel n'ayant pas de tradition dans le genre, mauvais éditeur, Choudens ne valant pas Salabert pour la promotion, mauvais moment, une semaine après le "Elle est à vous" de Maurice Yvain). La pièce a aussi certainement dérouté les amateurs de Tiarko Richepin, qui depuis "Venise" avait la réputation d'être un compositeur proche de l'opéra comique.
Quoiqu'il en soit, un examen de la partition prouve que c'est sans doute ce que son compositeur a fait de mieux. Certes, la musique n'est pas évidente comme chez Yvain ou Moretti, mais elle est très vive, souvent subtile et les accompagnements extrêmement soignés. Les airs les plus remarqués de la "Tulipe noire" en 1932 seront d'ailleurs ceux qui vont dans le même style que le Renard : la "Chanson des oignons" et "La Conscience", interprétés par Pasquali.
La partition comprend peu de rythmes franchement dansants, même si globalement on est dans un style fox-trots et one-steps, avec un jolie valse au milieu : tout est entrecoupé de ruptures de rythmes complexes et de croisements de voix (en particulier le trio bouffe du 2e acte) qui ont du donner du fil à retordre aux interprètes et au chef Albert Valsien.
NB : quoique la pièce ne porte pas sa signature, tout me laisse à penser que les lyrics sont d'Albert Willemetz : d'une part parce que ni Mouezy Eon ni Alfred Machard n'étaient des paroliers, et que presque toutes les oeuvres de Mouezy Eon ont des lyrics de Willemetz, ensuite parce qu'ils en portent profondément la marque (en particulier le n° 15, "On peut être deux..."). Mais la pièce n'ayant pas été créée aux Bouffes Parisiens et n'étant pas publiée par Salabert, il y a peut-être d'obscurs motifs contractuels à cette absence. Albert Willemetz était assez coutumier du fait, et on lui attribue les lyrics d'une dizaine de pièces qu'il n'a pas signées.

NB : la partition fut éditée sous le titre "Le Renard chez les poules", que j'ai retenu, mais lors des représentations, c'était "Un Renard chez les poules".

En 1948 et 1951, la radio nationale diffusa des enregistrements d'une pièce de Tiarko Richepin intitulée "Les demoiselles du pensionnat", oeuvre totalement inconnue et non représentée au théâtre. S'agirait-il d'une version remaniée de ce "Renard" ? Mystère, l'enregistrement n'étant pour l'instant pas disponible.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Ce renard introduit chez les poules est un aimable professeur nommé pour enseigner l'histoire dans un pensionnat de demoiselles.

Il est épris d'une surveillante. La directrice le trouve à son goût. Et toutes les élèves soupirent d'amour pour lui.

Une nuit, il entre au dortoir. Le portier, l’ayant aperçu, crie : « Au voleur ! » Pour se dérober aux recherches, le galant professeur se cache en des lits variés. Ajoutez que l’énorme mari de la petite directrice boulotte et volcanique est, lui aussi, amoureux de la surveillante.

Au troisième acte, nous sommes chez le professeur. Sa logeuse est douée d’une morale rigoureuse. Aussi, pour venir le retrouver, la surveillante doit se déguiser en blanchisseuse ; la directrice en zouave ; les élèves, en chauffeur, d’auto, en enfant de troupe, en petit pâtissier, en petit télégraphiste, en collégien, en chasseur de restaurant...

[Extraire de "La Presse", 2 février 1929]

Critiques et articles de presse
Comoedia 22/08/1928 Article.
Comoedia 24/01/1929 "Le Satyre des mésanges", titre original. Annonce.
Le Matin 30/01/1929 Critique par Fred Orthys.
Le Matin 01/02/1929 Encart publicitaire.
Paris Soir 01/02/1929 Avant-première.
Le Gaulois 02/02/1929 Critique par Louis Schneider.
Comoedia 02/02/1929 Henri Defreyn, Marguerite Deval, André Berley. Photo.
Comoedia 02/02/1929 Critique par Pierre Maudru.
Le Petit Journal 02/02/1929 Article.
Paris Soir 02/02/1929 Article par Paul Reboux.
Le Temps 02/02/1929 Article par HM.
La Presse 03/02/1929 Critique par Paul Achard.
L'Intransigeant 03/02/1929 Article par Gustave Bret.
Journal des Débats 03/02/1929 Article.
Le Journal 05/02/1929 Article par GLC.
Excelsior 05/02/1929 Critique par Emile Vuillermoz.
Le Ménestrel 08/02/1929 Avant-première par Pierre d'Ouvray.
Larousse mensuel 01/03/1929 Critique.
L'Echo de Paris 03/02/1939 Article par Franc-Nohain .
Partitions imprimées chant-piano

Editeur : Choudens, 1929

Partition complète (211 p)

Enregistrements originaux ECMF

Cliquez pour lire le document

Enregistrement intégral d'après la partition
complète chant-piano originale (Enrgt. 2007)


Enregistrements 78T/mn
Par les créateurs au théâtre

 / 
J'prends la vie en rigolant / MIREILLE (chant)
(1929) - Coll. Jacques Gana

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs