Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

 

Le Roi du pourboire

  opérette en 3 actes
Texte PATORNI (Aurèle) (Livret)
Musique PATORNI (Regina)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 15 jours
Trianon Lyrique 28/12/1931 - 11/01/1932 15 Création
Distribution à la création
M. MARTINELLI James Bilbokett
M. DARTHEZ (Charles) Gastiboul
M. LENOTY (René) Jacques
Mme REVEL (Claude) Ketty
Mme MAUS (Christiane) Zouzou
M. BOURGEY Beauvisage
M. ARNOLD (Guy) Ploum, ministre
Mme JOUVEL

chorégraphie SANGHETTI (Rita)
direction musicale ARCHAINBAUD (Emile)
mise en scène AMIC (Pierre)

L'Histoire
Résumé de la pièce

× A Tambourville-Plage, il pleut, il pleut... L’Hôtel Primavera est sans baigneurs et le patron, M. Beauvisage, est presque désespéré. Si, au moins, l’amour le consolait de ses mauvaises affaires. Mais non ! Sa charmante caissière, Ketty, est bien dévouée à ses intérêts matériels, mais le retour de flamme du cinquantenaire ne l’atteint pas. Elle aime Jacques, seul client de l’hôtel, et Jacques est un poète dont les rimes sont certainement plus riches que le portefeuille.

L’arrivée d’un ami de Beauvisage, Gastiboul, Marseillais authentique, qui. apporte à tous ces genss du Nord le soleil de chez lui et sa jovialité, fait rebondir les événements. L'hôtel est vide ? Eh! bien, on le remplira. Comment? En annonçant la présence à Tambourville du richissime James Bilbokett, milliardaire venu trop tard dans un monde où toutes les royautés sont usurpées, mais qui s'en est attribué une qu’on ne lui dispute guère, celle du pourboire. Cette couronne il l’a gagnée à la sueur de ses générosités, en faisant tournoyer chèques et bank-notes chaque fois qu’il était satisfait des services des humbles mortels qui l’entouraient.

Après tout, se dit Jacques, démuni d’argent mais non d’imagination, pourquoi n’entrerai-je pas dans le rôle ? Voilà bien une idée de poète qui croit à son destin et à son amour. De cette supercherie, il espère bien tirer double bénéfice. Rien ne l'obligera à régler immédiatement à Beauvisage une note d’hôtel assez criarde, et, comble de bonheur, il restera dans le sillage de la ravissante Ketty qu’il adore. Sans un sou vaillant, le voilà sacré et reconnu Roi du Pourboire.

Mais il va lui être malaisé de se maintenir sur un trône décidément trop chancelant pour son impécuniosité. Il décide d’aller voir James Bilbokett, le vrai roi du pourboire, celui-là, qui donne chez lui une magnifique fête et hume avec plaisir l'encens des flatteries intéressées.

Jacques obtient de lui une interview hautaine et une royale rémunération. Il voudrait bien le dissuader de venir à Tambourville, mais Bilbokett vient d’apprendre qu’un imposteur ose lui disputer un titre qu'il a pourtant chèrement payé. Grave offense à son prestige. Il ira provoquer le téméraire sur son propre fief. Et puis, lui aussi, amoureux sur le retour, a aperçu le délicieux minois de Ketty et se sent, à son tour, follement épris. Les affaires d'Etat et l’amour concentrées dans le même secteur vont lui imposer une opération de haut stvle dont Tambourville sera le noeud stratégique.

Vous pressentez la suite des événements ainsi que le dénouement de net imbroglio. Les déclarations enflammées de Bilbokett ne trouvent pas preneur auprès de Ketty, que ne tentent pas les honneurs royaux. Battu sur le terrain de l’amour, il va défendre sa couronne, ce qui sera plus dans ses moyens. A coup d’enchères malicieusement poussées par Jacques, il reste maître du titre de roi-du pourboire. A vrai dire, cela seul lui importait. Quant à Ketty et à Jacques, ils vont connaître les douceurs des fiançailles et se marier. Leur roman n'aura sans doute pas d’autre histoire.

[Extrait de "Comoedia", 30 décembre 1931]

Critiques et articles de presse
Comoedia 28/12/1931 Article.
Paris Soir 29/12/1931 Avant-première par VBr.
Comoedia 30/12/1931 Article.
Comoedia 30/12/1931 Article.
Paris Soir 01/01/1932 Critique par Claude Dhérelle.
Larousse mensuel 01/02/1932 Critique.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : Salabert, 1932

A vous... tout à vous...
Air du soleil
C'est une drôle de maladie
Je veux qu'on m'aime pour moi-même


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs