Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Le Rosier.

 

Extr. de : Comoedia, 23.02.1925
 

 

 

BNF Gallica

Le Rosier. Affiche

 

Extr. de : Comoedia, 23.02.1925
 

 

 

BNF Gallica

Le Rosier.

 

Illustration Julien Pavil (1897-1952)
Extr. de : Comoedia, 25.02.1925
 

 

 

BNF Gallica

Le Rosier.

 

Illustration Julien Pavil (1897-1952)
Extr. de : Comoedia, 25.02.1925
 

 

 

BNF Gallica

Le Rosier. Le Coiffeur

 

Extr. de : Comoedia, 25.02.1925
 

 

 

BNF Gallica

Le Rosier.

 

Illustration Julien Pavil (1897-1952)
Extr. de : Comoedia, 25.02.1925
 

 

 

BNF Gallica

Le Rosier. Un paysan

 

Extr. de : Comoedia, 25.02.1925
 

 

 

BNF Gallica

Le Rosier.

 

Illustration Julien Pavil (1897-1952)
Extr. de : Comoedia, 25.02.1925
 

 

 

BNF Gallica

Le Rosier.

 

Illustration Julien Pavil (1897-1952)
Extr. de : Comoedia, 25.02.1925
 

 

 

BNF Gallica

 

Le Rosier

  opérette en 3 actes
Texte DEVILLIERS (Maurice) (Livret)
GIBAUX (L.) (Livret)
Musique CASADESUS (Henri)
Représentations
Création mondiale (VO) Liège (Belgique) Forum   24/03/1923
Représentations à Paris jusqu'en 1944 51 jours
Folies Dramatiques 24/02/1925 - 15/04/1925 51 Création
Distribution à la création
M. FOIX (Georges) Gabriel
M. JOBIN (André) Marquis de Chantemerle, le maire
M. MASS (Harry) Saturnin
Mme MONTANGE (Jane) Agathe
Mme HESTIA (Lise) Mme Tonsard
Mme MORLET (Jane) Mlle Prudent
Mme ROBERT (Micheline) Micheline
M. TARQUINI D'OR (Brutus) Bidoux, le garde champêtre

costumes GABRIELLE (Mme)
décors DESHAYS (Raymond)
décors ARNAUD
décors (maquettes) OCHSÉ (Fernand)
direction musicale CASADESUS (Henri)

Programme
1927 Folies Dramatiques
Coll. Jacques Gana

D'après le copyright affiché dans la partition, cette pièce a été composée en 1914.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Mlle Prudent, vieille fille très pudique, a un neveu de 22 ans, Gabriel, qu’elle a élevé, et couvé comme les oies blanches de naguère, de sorte qu’en matière d’amour, ce jeune coquebin ne sait rien de rien. Mieux encore, l’antique demoiselle a formé le projet de faire décerner à son angélique neveu, le prix de vertu qu’octroie un voisin village à la plus sage personne du canton. Ce prix, qui vaut dix-huit cents francs, déchaîne les compétitions. Les autorités municipales ont déjà écarté quatre jeunes filles qui le briguaient, pour insuffisance de vertu. Une cinquième se présente, Agathe, fille du père Grenu, paysan du lieu. Mais elle ne passe que le temps des vacances au village natal. Le reste de l’année elle est modiste à Paris, au Quartier Latin, où elle fréquente assidûment le bal Mabille, les artistes et, les étudiants. N’empêche qu’elle joue fort bien la sainte Nitouche, et, que le père Grenu croit dur comme fer à la vertu de sa fille. De plus, les 1.800 francs lui seraient une fort bonne aubaine.
Tandis que s'élaborent ces édifiants débats, une femme satyre bouleverse la contrée, à la grande satisfaction des habitants mâles parmi lesquels elle choisit chaque nuit une heureuse victime, et au grand dam de Bidoux, le garde champêtre, dont les enquêtes et les surveillances restent vaines.

Un jeune peintre parisien, Saturnin, tombe au milieu de cette agitation villageoise que son extravagance de rapin va porter au paroxysme. C’est un compagnon de plaisir de la jeune Agathe, et, comme celle-ci est prise d’un goût voluptueux pour le tendre puceau Gabriel, à qui la chasteté finit par peser, il décide de les jeter aux bras l'un de l’autre. Encore faut-il, pour cela, éloigner la farouche demoiselle Prudent, qui veille nuit et jour sur la vertu de son neveu. Saturnin emploie le moyen classique et infaillible. Il joue à la vieille personne, la comédie de l’amour. Elle s’y englue, naturellement. Le démoniaque garçon va plus loin. Puisqu’il faut une victime à la vindicte publique et une proie au garde champêtre, il s’arrange pour faire arrêter Mlle Prudent. Malgré ces multiples avatars, vous pensez bien que tout se terminera le mieux du monde. La prisonnière est reconnue innocente par le garde champêtre, repentant au point de l’épouser. Quant au prix de vertu, il ne sera décerné ni au neveu de Mlle Prudent, surpris sortant déniaisé de la chambre d'Agathe, ni à celle-ci, sa complice, mais à la douce Micheline qui adore en secret Gabriel et l’épousera. Deux autres mariages encore compléteront le bonheur final et unanime : celui de la rusée Agathe avec le maire, marquis de Chantermerle, et celui de Saturnin lui-même avec une ardente et plantureuse cabaretière.

[Extrait de "La Presse", 26 février 1925]

Critiques et articles de presse
Larousse mensuel 01/02/1925 Critique.
Comoedia 23/02/1925 Confidences d'auteur : M. Henri Casadesus nous parle du "Rosier". Avant-première par Pierre Heuzé.
Le Figaro 25/02/1925 Critique par Robert Cardinne Petit.
Comoedia 25/02/1925 Critique par Pierre Maudru / Louis Fourès / Albert du Meylin.
(suite)
Le Gaulois 26/02/1925 Critique.
La Presse 26/02/1925 Article par Jane Catulle-Mendès.
Excelsior 26/02/1925 Critique par Emile Vuillermoz.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : Max Eschig, 1923

Partition complète (216 p.) 1925


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs