Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

La Teresina. Partition complète (24 x 32 cm)

 

Illustration Georges Dola (Edmond Vernier, 1872-1950)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

 

La Teresina

 
(trad. de Teresina)
  opérette en 3 actes
Texte SCHANZER (Rudolf) (Livret)
WELISCH (Ernst) (Livret)
UHL (Leon) (Adaptation française)
MARIETTI (Jean) (Adaptation française)
Musique STRAUS (Oscar)
Représentations
Création mondiale (VO) Berlin (Allemagne) Deutsches Künstlertheater   11/09/1925
Création en France
(ou en langue française)
Nantes Th. Graslin   01/11/1927
Représentations à Paris jusqu'en 1944 238 jours
Théâtre des Champs Elysées 04/05/1927 - 15/05/1927 12
Folies Wagram 25/05/1928 - 01/07/1928 38 Création
Folies Wagram 08/09/1928 - 25/11/1928 79
Moncey 18/10/1929 - 24/10/1929 7
Ba-ta-clan 01/11/1929 - 07/11/1929 7
Montparnasse 02/05/1930 - 08/05/1930 7
Gobelins 09/05/1930 - 15/05/1930 7
Gaîté Lyrique 01/07/1930 - 15/08/1930 46
Gobelins 21/11/1930 - 27/11/1930 7
Gaîté Lyrique 20/03/1931 - 26/03/1931 7
Nouveau Théâtre 25/09/1931 - 01/10/1931 7
Gobelins 21/10/1932 - 27/10/1932 7
Gobelins 15/02/1935 - 21/02/1935 7
Distribution à la création
M. BAUGÉ (André) Didier, comte de Lavarenne
M. BOUCOT (Louis) Daniel
M. LYON (Raymond) le Général Bonaparte
M. PIZANI (Robert) le Prince Borghese
Mme PERREY (Mireille) La Térésina
Mme CREUS (Eliane de) Pauline Borghese
M. BAER (Fernand) Le Maire de Fréjus
M. NURBEL (Léon) Rossignol
M. MARDAGA Calville
M. MONET (Jean) le Docteur Neuville

direction musicale MALLET (Fernand)

Programme
1928 Folies Wagram
Coll. Pascal Fourgeau
1929 Ba-ta-clan (reprise)
Coll. Jacques Gana
1937 Célestins, Lyon (reprise)
Coll. Th. des Célestins

La première française au Théâtre des Folies Wagram avait été précédée d'une représentation en allemand au Théâtre des Champs Elysées le 4 mai 1927, puis d'une pré-version française à Nantes en novembre 1927.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Premier Acte. — A Fréjus en 1799
Le peuple, ameuté par le barbier Calville, vient donner assaut à la maison du maire, car celui-ci, aubergiste en même temps, loge chez lui le ci-devant Comte Didier de Lavarenne de retour à Fréjus. Mais un arrêté du Directoire rend les droits civiques à tout émigré qui, revenu en France, épousera dans les vingt-quatre heures une jeune fille du peuple. Lavarenne accepte et, pour gagner du temps, s'amuse à faire la cour à toutes les jeunes filles du pays. C'est ainsi qu'il rencontrera Teresa, une Jeune Corse, pensionnaire d'un théâtre ambulant, et, pour la protéger contre les assiduités du maire, il l'épousera suivant les ordres du gouvernement.
Daniel, commis barbier faisant son tour de France et cousin de Teresa, rencontre celle-ci au moment où il vient solliciter un emploi chez Calville. Le barbier ayant chargé le pauvre garçon de trouver lui-même une pratique, Teresa découvre comme client, pour Daniel, le général Bonaparte lui-même qui rentre d'Egypte afin de sauver le pays de l'anarchie et du désordre.
Daniel, maladroit et timide, coupe mal les cheveux de Bonaparte, mais, par hasard, découvre la coiffure impériale. Le général est furieux d'autant qu'il est a court d'argent et ne pourrait gagner Paris sans l'aide pécuniaire de Lavarenne qui met sa bourse à la disposition du futur empereur. Napoléon entraîne avec lui le jeune comte, lui interdisant de dire même au revoir a Teresa, et, comme le général, pour faire tenir son chapeau devenu trop grand, a pris par distraction la moitié du contrat de mariage de Didier et de Teresa, la comédienne se croira jouée et abandonnée.
Teresa retournera à sa destinée première, elle redeviendra la chanteuse ambulante et elle emmènera avec elle dans la roulotte le pauvre Daniel qui ne sait où aller.

Deuxième Acte. — Chez le Prince Borghèse en 1806
Quelques années sont passées et nous nous retrouvons dans le salon de Pauline Borghèse, sœur de Napoléon devenu Empereur des Français. Un grand événement s'est produit la veille, l'Empereur assistant à la représentation de l'Opéra, s'est particulièrement intéressé à la Teresina, la célèbre cantatrice italienne. L'Empereur voudrait-il en faire sa maîtresse ? Sans doute, car Pauline annonce elle-même que Napoléon assistera au concert qu'elle donne et que la présence de la Teresina a été réclamée par lui.
Teresina, c'est Teresa ! Les Borghèse la présentent au Comte de Lavarenne, devenu maréchal de France. Le comte ne reconnaît pas en la brillante cantatrice, la petite pauvresse qu'il épousa à Fréjus, mais il ne tarde pas à courtiser Teresïna qui jure de se venger de son trop volage époux.
Daniel, valet de chambre de Teresina, attire l'attention de Pauline qui le trouve charmant dans sa timidité. Mais le pauvre Daniel est effrayé par les avances de la jolie femme, d'autant que la veille il a laissé choir une glace à la framboise sur la tête d'un important personnage.
Teresina engage Daniel à se confier à Borghèse, mais le malheur veut que justement le Prince soit la victime du maladroit. Borghèse que l'Empereur veut amener a divorcer, car il n'a pas d'héritier, peut être régénéré par la transfusion du sang : c'est du moins ce que lui a promis son médecin. Si Daniel accepte de se soumettre à l'opération, il aura la vie sauve. Daniel contraint, accepte pour éviter d'être arrêté, et Pauline est chargée de le surveiller, Borghèse étant de service commandé la nuit.
Pendant ce temps on a préparé le concert. Le Prince Borghèse se charge d'expliquer à la Teresina ce que l'Empereur attend d'elle et lui indique la phrase secrète par laquelle Napoléon a coutume de demander les bonnes grâces des femmes qui lui plaisent.
Devant l'Empereur et toute la Cour, Teresina chante. Lavarenne, fou d'amour, assiste impuissant à la petite comédie qui se joue et l'Empereur, s'étant aperçu du penchant du maréchal lui donne l'ordre de partir inspecter les troupes à Compiègne.
Resté seul avec Teresina, Lavarenne supplie la chanteuse de ne pas aller aux Tuileries. " La Teresina ne peut se vendre " dit-il. " Oui, mais la Comtesse de Lavarenne peut se donner si cela lui plait ". Le maréchal implore inutilement son pardon et Teresina lui laisse croire qu'elle se rend chez l'Empereur.

Troisième Acte. — Aux Tuileries
C'est le lendemain. Teresina n'est pas venue chez l'Empereur qui est furieux et ordonne son expulsion. Borghèse croyant l'Empereur mécontent de sa nuit d'amour, en fait le reproche à Teresina mais celle-ci, en souriant lui répond qu'elle se charge d'obtenir le pardon impérial.
L'entrevue avec Napoléon est d'abord orageuse, mais Teresina se fait reconnaître. Napoléon n'a point de rancune et sa colère passée, il invite Teresina à déjeuner,
&. peine sont-ils sortis que Pauline parait avec Daniel. II fut son prisonnier . . . galant toute la nuit. Au Prince Borghèse qui veut maintenant procéder à la transfusion du sang, Pauline déclare qu'il n'est plus besoin de cela. Elle vante les qualités de Daniel qui lui a indiqué une mode nouvelle : il lui a coupé les cheveux ... à la Titus ! En récompense Borghèse et Pauline réclameront un duché pour Daniel.
Lavarenne revient, interrompant brusquement sa mission pour apporter sa démission à l'Empereur. "De quel droit cet homme me parle-t-il ainsi ?" questionne Napoléon. " Du droit des époux ", répond Didier. Teresina prend à témoin l'Empereur de son infortune. Le dialogue devient aigre, l'Empereur se fâche et en clamant son fameux : Basta ! jette à terre le chapeau de la campagne d'Egypte qu'il vient de montrer à Teresina.
Du chapeau, le bout de contrat s'échappe. Tout s'explique, le coupable est l'Empereur et c'est lui qui pousse Teresina dans les bras de Lavarenne.

[Extrait du programme original]

Critiques et articles de presse
Le Gaulois 05/05/1927 Première création en version originale. Critique par Louis Schneider.
Comoedia 05/05/1927 Première création en version originale. Article par Pierre Maudru.
Excelsior 05/05/1927 Critique par Emile Vuillermoz.
Le Ménestrel 13/05/1927 Première création en version originale. Critique par Paul Bertrand.
Comoedia 29/11/1927 Création de la version française à Nantes. Article par J de Montrut.
Comoedia 23/05/1928 Article.
Excelsior 25/05/1928 Avant-première.
Le Ménestrel 01/06/1928 Critique par Henri de Curzon.
Comoedia 01/06/1928 Article par Pierre Maudru.
(suite)
Le Gaulois 02/06/1928 Article par Louis Schneider.
La Semaine de Paris 08/06/1928 Critique par Henri Bourrelier.
Lyrica 01/09/1928 Reprise aux Folies Wagram (septembre 1928). Critique.
Le Matin 12/09/1928 Reprise aux Folies Wagram (septembre 1928). Critique.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : Max Eschig, 1927

Partition complète (146 p.)
Chanson du 18e siècle
Dites vous oui
Entrée de Daniel
La Corse est un charmant pays
Le Bonheur et la fortune
Lorsque le jardin
Oh là là
On dit ceci
Petite marquise
Pour plaire aux femmes
Si nous remontons
Teresina Teresina
Livret (201 p.)


Enregistrements après 1945,
disques et radio, documents
Diffusions radio RDF/RTF/ORTF
12/01/1947
Avec : Clément (Willy), Lenoty (René), Pierrat (Maurice), Urban, Vieuille (Jean), Vessières (André), Payen (Paul), Mortimer (Aimée), Dachary (Lina), Cuvillier (Andrée) - Dir. Ellis (Roger)
08/05/1949
Avec : Stappen (Suzanne), Parat (Germaine), Cuvillier (Andrée), Clément (Willy), Lenoty (René), Pierrat (Maurice), Moryn (Gilbert), Vessières (André), Basquin (André), Vieuille (Jean) - Dir. Cariven (Marcel)
03/09/1950
Avec : Clément (Willy), Duval (Denise)
04/11/1956
Avec : Duval (Denise), Dachary (Lina), Betti (Freda), Tomoff (Micheline), Hennetier (Huguette), Clément (Willy), Peyron (Joseph), Drain (Emile), Bedex (Henri), Vessières (André), Wion (Gustave), Vieuille (Jean) - Dir. Cariven (Marcel)
01/06/1961
Avec : Dachary (Lina), Gaillard, Maurane (Camille), Collart (Claudine)
19/11/1964
Avec : Dachary (Lina), Collart (Claudine), Gaillard, Maurane (Camille), Peyron (Joseph) - Dir. Cariven (Marcel)
07/04/1972
Avec : Raynal (Florence), Stiot (Monique), Capderou (Janine), Duclos (Germaine), Felder (Linda), Delaune (Janie), Vallier (Régine), Marier (Jacqueline), Plantey (Bernard), Doniat (Aimé), Tharande (Jacques), Villa (Jacques), Lenoty (René), Loreau (Jacques), Saugey (Pierre), Gilet (Jacques), Rudel (Roger) - Dir. Sibert (Adolphe)

Enregistrements 78T/mn
Par les créateurs au théâtre

 / 
Dites-vous oui ? / BAUGÉ (André) (chant)
PATHE Sap X 2170 (1927) - Coll. MMP
Pour plaire aux femmes / BAUGÉ (André) (chant)
PATHE Sap X 2171 (1927)

 / 
Près du bouquet pimpant coquet / BAUGÉ (André) (chant)
PATHE Sap X 2170 (1927) - Coll. MMP
Teresa Lavarenne / BAUGÉ (André), LESEVE (Lucienne) (chant)
PATHE Sap X 2171 (1927)
Par des interprètes n'ayant pas participé à la création
Aimer vraiment / DELAQUERRIÈRE Fils (José) (chant)
EDISON BELL Rad F 102 (1927)
Dites-vous oui ? / AMATO (Nicolas) (chant)
POLYDOR F 42695 (1927)
Dites-vous oui ? / AMATO (Nicolas) (chant)
POLYDOR F 42699 (1927)
La Corse est un charmant pays / DELAQUERRIÈRE Fils (José) (chant)
EDISON BELL Rad F 102 (1927)
La Corse est un charmant pays / XXX (Orchestre anonyme) (orchestre)
ODEON 238091 (1927)
Pauvre fou / AMATO (Nicolas) (chant)
POLYDOR 42695 (1927)
Pour plaire aux femmes / BELLET (Félix) (chant)
GRAMOPHONE K 5464 (1927)
Pour plaire aux femmes / JEMBLA (chant)
CRISTAL 5636 (1933)
Pour plaire aux femmes / JYSOR (Robert) (chant)
ODEON 166746 (1934)
Pour plaire aux femmes / MARJOLLE (René) (chant)
INOVAT 2185 (1932)
Près du bouquet / BELLET (Félix) (chant)
GRAMOPHONE K 5464 (1927)
Traînant tout mon bagage / BELLET (Félix) (chant)
GRAMOPHONE K 5463 (1927)
Valse / XXX (Orchestre anonyme) (orchestre)
ODEON 238091 (1927)

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs