Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Olive chez les nègres. Encart publicitaire

 

Extr. de : Le Journal, 04.12.1926
 

 

 

BNF Gallica

Olive chez les nègres.

 

Illustration V. Henry
Extr. de : Comoedia, 27.11.1926
 

 

 

BNF Gallica

 

Olive chez les nègres

 
ou Le Village blanc
  fantaisie opérette en 7 tableaux
Texte FALK (Henri) (Livret)
Musique WIENER (Jean)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 28 jours
Théâtre des Champs Elysées 27/11/1926 - 24/12/1926 28 Création
Distribution à la création
Mme PIERLY (Jane)
M. FERREOL (Roger)
M. MAYER (Pierre)
M. FABRE (Saturnin)
M. MARTINELLI
M. ALEX (Joe)
Mme CRAWFORD (Jessie)
Mme LANGE
Mme PIGNON (Renée)
Mme AUREL (Jacqueline)
Mme ANDERSON (Allegretti)
Mme LOUIS (Simone)
Mme VINCENT (Ginette)
M. ROSE (de)
M. FARNÈZE

chorégraphie ALEX (Joë)
costumes HUGO (Jean)
décors HUGO (Jean)
direction musicale BIGOT (Eugène)
direction musicale KING'S Jazz
mise en scène CARLUS (Edmond)

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Un marchand de savon marseillais est jeté sur une côte sauvage par un naufrage, avec sa fille, son futur gendre et quelques comparses. Olive éprouve d’abord, ainsi que tous ses compagnons, une terreur compréhensible : cette peuplade inconnue montre des rangées de dents blanches d’un éclat peu rassurant et Olive, qui est doué d’un aimable embonpoint, ne voudrait pas être mangé ! Mais voici que le roi sombre l’appelle par son nom : Olive Cadolive, fabricant de savon à Marseille, est doucement flatté. Le roi explique, alors qu’il était le chef du « village nègre » à l’Exposition de Marseille, où on l’avait surnommé « le roi de Belloc » ; les blancs venaient voir les nègres comme des bêtes curieuses ; à leur tour les nègres veulent se donner ce divertissement de civilisés : Olive et ses compagnons vont organiser un « village blanc » et exposer leurs personnes et leurs talents à la curiosité railleuse du roi de Belloc et de ses sujets. Les pauvres blancs, dépouillés de leurs vêtements et contraints d’exhiber leurs dessous, traités comme des esclaves, et à chaque instant menacés d’être immolés aux caprices des princesses noires, à la susceptibilité ou au bon plaisir de leur facétieux tyran, sont trop heureux quand un dirigeable français vient les délivrer pour les ramener à Marseille, où ils retrouvent la fanfare municipale et les gentilles Provençales qui avaient salué leur départ, et aussi le roi de Belloc, venu en avion et transformé en danseur de music-hall accompagné de son jazz.

[Extrait de "Comoedia", 28 novembre 1926]

Critiques et articles de presse
Comoedia 27/11/1926 Article par PD.
Comoedia 28/11/1926 Article par Gustave Fréjaville.
Le Figaro 29/11/1926 Critique par Jacques Patin.
Le Gaulois 01/12/1926 Article par Louis Schneider.
Le Ménestrel 03/12/1926 Critique par André Schaeffner.
Le Journal 04/12/1926 Encart publicitaire.
Partitions imprimées chant-piano

Editeur : Max Eschig, 1927

Johnie
O Marseille
Black Diana
Chanson de route


Enregistrements 78T/mn
Par des interprètes n'ayant pas participé à la création
Chanson de route / GEORGE (Yvonne) (chant)
COLUMBIA D 6239 (1927)
acc. piano Jean Wiener

 / 
O Marseille / GEORGE (Yvonne) (chant)
COLUMBIA D 6239 (1927) - Coll. Hervé David
acc. piano Jean Wiener

 / 
The White village / WIENER (Jean), DOUCET (Clément) (jazz)
COLUMBIA D 13023 (1927) - Coll. Jacques Gana
acc. 2 pianos

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs