Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Pou Chi Nett.

 

Illustration Jules Sabourin
Extr. de : Comoedia, 22.07.1920
 

 

 

BNF Gallica

Pou Chi Nett.

 

Illustration Ex
Extr. de : Comoedia, 22.07.1920
 

 

 

BNF Gallica

Pou Chi Nett. Deuxième acte

 

Illustration Jules Sabourin
Extr. de : Comoedia, 22.07.1920
 

 

 

BNF Gallica

 

Pou Chi Nett

  Opérette en 3 actes
Texte HANSWICK (Yoris d') (Livret)
WATTYNE (Pierre de) (Livret)
Musique KUFFERATH (Camille)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 118 jours
Albert 1er 20/07/1920 - 14/11/1920 118 Création
Distribution à la création
Mme WALTER (Yolande) Lotus bleu
Mme CERNAY (Thérèse) Li-Vo-Li
Mme ANDREY (Germaine) Pou-Chi-Nett
M. DELANGLE (Raymond) Tamaru
M. MONTEL Zi-Fo-Lo
M. DORIAN (Albert) Li-Sen-Fou

chorégraphie LYSANA (Mlle)
direction musicale HUCHET (M.)

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Nous sommes dans une Corée imaginaire. Un aubergiste nommé Zi-Fo-Lo. qui vit avec sa femme Li-Vo-Li et leur pupille Pou-Chi-Nett a mangé cyniquement la dot de celle-ci, avec sa maîtresse, la belle Lo-tus-Bleu. Il veut donc se débarrasser de la jeune personne en l'unissant a l'aubergiste Li-Sen-Fou. Le hasard fait sur ces entrefaites arriver le jeune prince Tamara, lequel, sous le déguisement, d'un pèlerin. visite la contrée aux fins d'y punir le vice et d'y récompenser la vertu. Ce qui démontre son extrême jeunesse. Il est gentil tout plein ce petit prince. Aussi Pou-Chi-Nett le prend pour son fiancé et veut suivre en sa société certains conseils d'usage, ce qui la fait prendre elle pour une geisha après diverses complications à la suite de quoi, le prince transforme la maison de l'aubergiste en maison de thé, magasin de caresses ou boîte Philibert. Cette transformation autorise toutes sortes de surprises, méprises, bêtises et crises amoureuses. Je n'ai pas très bien saisi pourquoi il s'agissait de destituer le prince et d'obtenir ce résultat en le faisant surprendre avec Li-Vo-Li, qui est une femme mariée. Lotus Bleu, repoussée par l'éphèbe se met par vengeance dans ce complot, séduit la victime toute prête dans sa rancune contre Pou-Chi-Nett qu'il aime et, après un jeu de substitution de Li-Vo-Li et de Lotus-Bleu, le prince se décide, si l'on peut dire, à consacrer à Lotus... Mais Pou-Chi-Nett a assisté au complot. La loi veut que les conspirateurs d'opérette ne se méfient pas de l'entourage. Elle sacrifie sa vertu et, se substituant à son tour à Li-Vo-Li, se fait surprendre en place de cette dame. Le scandale est nul quant a ses suites fâcheuses pour la couronne du prince.
Le troisième acte n'est que l'explication plausible du deuxième ; les divers personnages se livrent à des parties de cache-cache
physio-psychologiques. Li-Sen-Fou a compromis Li-Vo-Li... Tout le monde a plus ou moins droit à se dire citoyen de Cornecity
et le prince, apprenant le sacrifice de la vertueuse Pou-Chi-Nett en sa faveur, lui donnera la tendre récompense attendue du public dont ces goûts d'ordonnance sentimentale ne souffriraient point d'ailleurs d'autre conclusion.

[Extrait de "Comoedia", 22 juillet 1920]

Critiques et articles de presse
Comoedia 19/07/1920 MM. Y. d'Hansewick et P. de Wattyne nous parlent de leur pièce. Avant-première par Asté d'Esparbès.
Comoedia 22/07/1920 Critique par Armory.
La Rampe 01/08/1920 Critique par Félix Gandéra.
La Rampe 01/08/1920 Couloirs et coulisses. Article par G. Davin de Champclos.


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs