Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Salomé, vierge folle.

 

Illustration Comoedia
Extr. de : Comoedia, 19.07.1920
 

 

 

BNF Gallica

Salomé, vierge folle. Reprise au Moulin-Bleu (janvier 1925)

 

Illustration Julien Pavil (1897-1952)
Extr. de : Comoedia, 21.01.1925
 

 

 

BNF Gallica

Salomé, vierge folle. Reprise au Moulin-Bleu (janvier 1925)

 

Illustration Julien Pavil (1897-1952)
Extr. de : Comoedia, 21.01.1925
 

 

 

BNF Gallica

Salomé, vierge folle. Reprise au Moulin-Bleu (décembre 1930) : Germaine Ronsel (Salomé)

 

Extr. de : Le Figaro, 02.12.1930
 

 

 

BNF Gallica

Salomé, vierge folle. Reprise au Moulin-Bleu (décembre 1930) : Paul Murio (le Centurion)

 

Extr. de : Le Figaro, 02.12.1930
 

 

 

BNF Gallica

 

Salomé, vierge folle

  opérette en 2 actes
Texte CHAMBARD (Pierre) (Livret)
Musique RAPHAËL (Fernand)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 157 jours
Arlequin 21/07/1920 - 26/09/1920 68 Création
Moulin Bleu 16/01/1925 - 11/03/1925 55
Moulin Bleu 02/12/1930 - 04/01/1931 34
Distribution à la création
Mme TIRVILLE (Maryse) Salomé
Mme BOISSY (N.) La Vestale
Mme ADHAM (B.) Hérodiade
Mme FERRY (Paulette) Abrahamet
Mme ARC (L. d') Rebeccette
M. BEVER (Georges) Hérode
M. BREVANNES Le Centurion
M. BROCHARD (Jean) Columbo

costumes AUGER-THIBAULD (Mme)
décors ROTTENSTEIN
décors CEZILLY

Nouvelle version en trois actes au Moulin Bleu, le 20 janvier 1925.
La reprise de 1930 semble bien opportuniste, puisqu'elle eut lieu quelques jours après une série de représentations à Paris du "Salomé" de Richard Strauss, dirigées par le compositeur.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Salomé, princesse de Judée est éprise d’un danseur de tango. Ce dernier, nommé Columbo, est séparé de son flirt et jeté en prison, comme le fut le prophète. Salomé est enfermée, quant à elle, dans ce qui servait en ce temps-là de couvent, c''est à dire dans le Temple de Vesta. Malheur à la vestale qui laisse éteindre la sacrée lampe !

Vous pensez bien que Colombo, s’étant évadé des geoles, s’introduira chez les vestales pour y retrouver sa bien-aimée, qu’il s’y dissimulera sous les voiles d’une vierge et, loup introduit dans la "Viergerie", fera si bien que Salomé laissera éteindre sa lampe, symbole flagrant d’une innocence perdue.

Hérode, qui est ici un monarque des plus comiquement gâteux, est venu dans ce temple afin d'y retrouver sa belle-fille, pour laquelle il brûle d'un coupable amour. Il est suivi d’un centurion, personnage grotesque, confident et pandore à la fois. Celui-ci s’éprend de Columbo qu'il prend pour une femme. Des quiproquos vaudeviliesques font que plusieurs lampes

s'éteindront, qu’Hérodiade a fait Hérode cornard avec le centurion et qu’Hérode retrouva lui-même une passagère jeunesse près d’une petite vestale qui avait trop de feu.

[Extrait de "Comoedia", 19 juillet 1920]

Critiques et articles de presse
Comoedia 19/07/1920 Critique par Intérim / Armory.
Le Matin 23/01/1921 Reprise au Moulin Bleu (janvier 1921). Critique par Fred Orthys.
Comoedia 21/01/1925 Reprise au Moulin Bleu (janvier 1925). Critique par Robert de Thiac.
Le Figaro 02/12/1930 Article par HV.
Paris Soir 03/12/1930 Reprise au Moulin Bleu, décembre 1930. Critique par VBr.
Paris Soir 06/12/1930 Reprise au Moulin Bleu, décembre 1930. Répétition générale par Paul Reboux.
Le Matin 11/12/1930 Reprise au Moulin Bleu (décembre 1930). Critique par Fred Orthys.


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs