Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Eulalie. Jane Sourza et Raymond Souplex

 

Illustration Piaz
Extr. de : Détente, 26.02.1942
 

 

 

BNF Gallica

 

Eulalie

Texte SOUPLEX (Raymond) (Livret et Lyrics)
Musique MATIS (Georges)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 247 jours
Palace 26/09/1941 - 30/05/1942 247 Création
Distribution à la création
Mme SOURZA (Jane) Eulalie, servante
M. SOUPLEX (Raymond) Albert, plombier
M. BURNIER (Robert) Jacques Lussange, peintre
M. VALLÉE (Marcel) Victor Verteuil, dentiste
M. ANDREAS Le Garçon
M. BRYONNE (Lucien) Amédée
Mme GUISE (Janine) Simone Verteuil
Mme ROUVIERE (Simone) Perrette Verteuil
Mme LAUVRAY (Gilberte) Nichette

décors DESHAYS (Raymond)
direction musicale WINS (Louis)
mise en scène POGGI (Maurice)

Programme
1941 Palace
Coll. Jacques Gana
L'Histoire
Résumé de la pièce

× Un dentiste, Victor Verteuil, homme violent, marié en secondes noces a une jeune femme, Gisèle, a de bonnes raisons de se croire trompé, bien qu’il ne le soit pas en réalité mais qu’il ait été bien près de l’être. Cette infortune imaginaire lui serait confirmée par des lettres que des messagers maladroits lui ont confiées au lieu de les remettre en mains propres à leurs destinataires respectifs, la femme du dentiste et le peintre, Jacques Lussange, qui faillit être son amant. Mais sa propre fille, Perrette, s’éprend du séducteur et, avec l'aide des deux mandataires qui ont failli à leur mission, fait tant et si bien qu’elle remplace les deux écrits compromettants par d’autres qui sont des preuves lumineuses de l’innocence des pseudo-coupables.

L’intrigue est conduite, avec une maladresse voulue et qui entraîne les rebondissements classiques, par le plombier Albert et par la servante-nourrice Eulalie. dont l’ingéniosité et la balourdise nouent et dénouent continuellement les situations.

[Extrait de "Comoedia", 4 octobre 1941]

Critiques et articles de presse
Le Matin 26/09/1941 Annonce.
L'Information musicale 26/09/1941 Article.
Le Matin 01/10/1941 Critique par Charles Quinel.
Les Nouveaux Temps 01/10/1941 Article par Roger Sardou.
Le Petit Parisien 01/10/1941 Article par GC.
L'Oeuvre 02/10/1941 Article par Montboron.
Paris-Midi 03/10/1941 Article par Henri Contet.
Comoedia 04/10/1941 Critique par Yvon Novy.
Détente 26/02/1942 Jane Sourza et Raymond Souplex. Photo.
Partitions imprimées chant-piano

Editeur : Max Eschig, 1942

Le Joli nom que vous avez
Voici bientôt trente ans
Ils sont si courts les beaux jours


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs