Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Les Canards mandarins. Création de la pièce parlée (novembre 1923, Studio des Champs Elysées)

 

Extr. de : Comoedia, 17.11.1923
 

 

 

BNF Gallica

Les Canards mandarins. Création de la pièce parlée (novembre 1923, Studio des Champs Elysées)

 

Extr. de : Comoedia, 17.11.1923
 

 

 

BNF Gallica

Les Canards mandarins. Création de la pièce parlée (novembre 1923, Studio des Champs Elysées)

 

Extr. de : Comoedia, 17.11.1923
 

 

 

BNF Gallica

Les Canards mandarins. Création de la pièce parlée (novembre 1923, Studio des Champs Elysées)

 

Illustration Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 17.11.1923
 

 

 

BNF Gallica

Les Canards mandarins. Création de la pièce parlée (novembre 1923, Studio des Champs Elysées)

 

Illustration Julien Pavil (1897-1952)
Extr. de : Comoedia, 17.11.1923
 

 

 

BNF Gallica

Les Canards mandarins. Création de la pièce parlée (novembre 1923, Studio des Champs Elysées)

 

Illustration Abbe
Extr. de : Comoedia illustré, 01.01.1924
 

 

 

BNF Gallica

Les Canards mandarins. Création de la pièce parlée (novembre 1923, Studio des Champs Elysées)

 

Illustration Abbe
Extr. de : Comoedia illustré, 01.01.1924
 

 

 

BNF Gallica

 

Les Canards mandarins

  opérette en 3 actes
Texte DUVERNOIS (Henri) (Livret)
FORTHUNY (Pascal) (Livret)
GUILLOT DE SAIX (Lyrics)
Musique BEYDTS (Louis)
Représentations
Création mondiale (VO) Monte Carlo (Monaco) Théâtre Garnier   22/12/1931
Distribution à la création
M. ARNOULT (Louis)
M. VILLÉ (Paul) Grain de Riz
M. DAVRAY (Georges)
Mme BREGIS (Danielle) Fleur d'Amande
Mme MOSTOVA (Rosa) Cigogne de l'Ouest
Mme MORLET (Jane)
Mme LAUGIER (Jane) Orchidée

Adaptation musicale de la pièce parlée éponyme des mêmes auteurs, moins Guillot de Saix, qui n'est intervenu que pour les textes chantés, "Le Club des Canards mandarins", créée le 15 novembre 1923 au Studio des Champs Elysées (avec une musique de scène de Voldemar Bernardi qui fut évidemment remplacée)

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Au Club des Canards Mandarins dont la présidente est Mme Source, Mlles Cigogne de l’Ouest, Brillant Nénuphar et Orchidée assurent aux très distingués visiteurs les dix mille félicités. La politesse de ces jeunes femmes est délicieuse et leur expérience doit être plus délicieuse encore. Cependant, l’éclat de leurs mérites est éclipsé, ainsi
que le scintillement des étoiles devant l'aurore, par la pureté, la sagesse de Mlle Reine. Comme une novice dans le temple, cette demoiselle pince du luth, peint sur la soie ou compose des poèmes, mais ne prend aucune part aux sacrifices. Cette innocence a inspiré un grand amour à un petit fournisseur du Club, le jeune Sévère, et une grande convoitise à un très distingué visiteur, le riche Wou-Pa. Tous deux ont été repoussés, à la grande mélancolie du premier, à la grande fureur du second. Et tous deux ont juré de revenir.

Le petit fournisseur revient le premier. A colporter sur ses épaules ses deux jarres d'huile pendant sept lunes, il a pu amasser la somme d'argent que Mme Source exigeait avant de l'admettre dans la chambre de sa mascotte. Il se présente, vêtu d'habits de fête. Mais sa bien-aimée avait été envoyée chez un honorable vieillard qui donnait une soirée musicale et poétique ; elle a bu trop de petites tasses d'un vin trop généreux ; elle est parfaitement grise et fort dolente et souffrante. Elle ne reconnaît pas son jeune amoureux et celui-ci a la délicatesse de ne voir en elle qu'une pauvre petite malade. Il passe sa nuit à la soigner très respectueusement, et il préfère ce plai-
sir à ceux que lui propose l'ardente demoiselle Orchidée.

A son réveil, Mlle Reine est touchée par un dévouement si tendre ; mais elle ne peut oublier qu'elle est poétesse, virtuose et sans doute fille d’un officier supérieur ; elle congédie ce petit fournisseur qui ne réclame pas son dû. A ce moment, le riche et puissant Wou-Pa arrive à son tour, flanqué de ses valets, et bien décidé à obtenir par la violence le premier soupir de Mlle Reine. Celle-ci se cache, affolée ; puis, se voyant découverte, appelle Sévère à son secours, se déclare gagnée par tant d’amour et décide de l'épouser. Elle le suivra sur les routes jusqu à ce qu il puisse acheter une boutique où elle vivra plus heureuse qu'au Club des Canards Mandarins.

{Extrait de "Comoedia", 17 novembre 1923]

Critiques et articles de presse
L'Illustration Critique.
Comoedia 17/11/1923 Création de la pièce parlée (novembre 1923, Studio des Champs Elysées). Article.
(suite)
Comoedia illustré 01/01/1924 Création de la pièce parlée (novembre 1923, Studio des Champs Elysées). Photo.
(suite)
Excelsior 27/12/1931 Critique par Emile Vuillermoz.
Comoedia 06/01/1932 Article.
Le Figaro 02/12/1936 Article par Reynaldo Hahn.


Enregistrements après 1945,
disques et radio, documents
Diffusions radio RDF/RTF/ORTF
23/05/1955
Avec : Duval (Denise), Giraudeau (Jean), Demigny (Bernard)
06/06/1955
Avec : Duval (Denise), Giraudeau (Jean), Demigny (Bernard)
13/06/1955
Avec : Duval (Denise), Giraudeau (Jean), Demigny (Bernard)
20/06/1955
Avec : Duval (Denise), Giraudeau (Jean), Demigny (Bernard)

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs